Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/09/2015

Midi Gourmand automne 2015 en kiosques !

A la une du numéro automnal de Midi Gourmand : un dossier sur ces produits insolites qui sont la richesse du Sud, avec un zoom sur Jean-Paul Varo pêcheur de violets, Ludovic Verbal chasseur de tellines, Xavier Benezech pêcheur d’oursins etc. Le tout mis en recettes par des chefs du Sud-Ouest qui ont un faible pour les produits de la Méditerranée. A lire également, un reportage sur la filière porcine haut de gamme mise en place dans le Gard avec le Baron des Cévennes, le retour de la grenade, fruit longtemps cultivé dans le Sud, un reportage sur les halles de Moissac en Tarn-et-Garonne et un portrait de Guilhem Dejeany, qui produit à Pézenas des tomates hors normes à près de 15€ le kilo. A lire également, le pari fou de Carole Delbreil qui veut produit de l’huile d’olive dans le Quercy, jusque-là région connue surtout pour son huile de noix ! Côté cuisiniers, le magazine présente la recette pas à pas du montalbanais Jean-François Pech et un mini-portrait de Masashi lijima installé à Collioure. Enfin Midi Gourmand présente le programme complet de Toques & Toqués, qui sera le 26 septembre prochain la plus grande manifestation gastronomique organisée à Montpellier depuis plus de 10 ans. A retrouver enfin, toutes les chroniques habituelles avec la rubrique sur la cuisine santé du Dr Laurent Chevallier qui traite des noisettes, la sélection de restaurants de Toulouse à Nîmes, les produits de saison, les escapades etc. Soit 128 pages sur les saveurs et les savoir-faire du grand Sud !

 

10/07/2015

"Guide Gourmand", le premier guide des restaurants du Languedoc-Roussillon

Après cinq années d’existence, le trimestriel Midi Gourmand, qui a depuis sa création chroniqué plus de 800 restaurants du Grand Sud, a publié le 10 juillet 2015, son premier hors-série : le Guide Gourmand 2015. A partir de ses archives, enrichies de textes des rédactions des suppléments « Midi Loisirs » du quotidien Midi Libre, la rédaction a réalisé un long travail de collation et de mise à jour afin de proposer pour la première fois un guide de 144 pages qui recense 538 restaurants, bars à vins ou restaurants de plage du Languedoc-Roussillon.

GG 2015784.jpg

Présentés par département (102 adresses pour les P-O, 73 pour l’Aude, 198 pour l’Hérault, 128 pour le Gard et 37 pour la Lozère), les restaurants du Guide Gourmand sont classés en trois catégories :

- les tables gourmandes, proposant les restaurants gastronomiques (de 20 à 150€)

- les bon rapport qualité-prix, regroupant des tables distinguées pour leur cuisine et leurs tarifs (entre 20 et 40€)

- les bon spots, présentant des restaurants, bars à vins ou plages retenus pour différents critères (qui peuvent être cumulatifs) et principalement leur cuisine, le cadre et la décoration, l’ambiance (de 10 à 35€ env.)

Pour chaque restaurant, sont précisés les jours d’ouverture et les tarifs minimum/maximum. Pour accentuer la précision et le confort de lecture, des photos égaillent les pages et certains titres et distinctions sont précisés par une iconographie spécifique (étoiles Michelin, Bib gourmand, Maître restaurateur etc.).
Unique ouvrage de ce genre proposé dans le Languedoc-Roussillon, ce guide – pour l’instant uniquement print – a vocation à être mis à jour chaque année avant l'été !

Guide Gourmand 2015, Hors-série de Midi Gourmand. 144 pages - 5,50€

 

GG Page intérieure785.jpg

 

 

17/12/2014

Midi Gourmand fête "en famille" son dernier numéro

Ils étaient prêt de 200 lundi 15 décembre à Nîmes, pour fêter la sortie de l'édition hivernale du magazine des saveurs du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. 200 invités venus découvrir à la fois le magazine, mais aussi la brasserie flambant neuve 'Bistr'AU' ouverte près du parc Georges Besse chemin bas du mas de Boudan par Jérôme Nutile, ancien chef 2 étoiles à Collias et qui revient donc dans la ville où il a fait son école hôtelière. Car après la brasserie, qui révolutionne le paysage gastronomique de la ville avec un rapport qualité-prix remarquable, le chef ouvrira son restaurant gastronomique début mars 2015.
Lundi soir, de nombreux chefs étaient venus à l'invitation de Midi Gourmand chez leur confrère, et pas des moindres : Laurent Pourcel (Le Jardin des Sens, Montpellier), Lionel Giraud (La Table de Saint-Crescent, Narbonne), Serge et Maxime Chenet (Entre vigne et garrigue, Pujaut), Oscar Garcia (La Table d'Uzès, Uzès) ,Michel Kayser (Restaurant Alexandre-Michel Kayser, Garons), Vincent Croizard (Croizard, Nîmes), Pascal Sanchez (Mia, Montpellier), Paul Courteaux (Le Saint-Georges, Palavas), Marc Schwall (La Table des cuisiniers cavistes, Narbonne), Jacques Mazerand (le Mazerand, Lattes) etc. Corinne Giacometti, conseillère régionale et présidente de Sud de France Développement, s'est félicitée de la qualité de la soirée et du magazine, qui est distribué pour son numéro d'hiver avec le magazine touristique hivernal du Languedoc-Roussillon tandis que Mary Bourgade, adjointe au maire de Nîmes déléguée au tourisme, a apprécié la capacité du magazine à fédérer les acteurs de la restauration régionale, tandis que la députée du Gard Françoise Dumas, a insisté sur l'importance de la gastronomie et du tourisme dans l'économie locale. Une belle soirée conviviale qui a permis de mettre sous les feux des projecteurs ces artisans qui sont le meilleur emblème de la région en présence de nombreuses personnalités dont Thierry Procida, représentant de Nîmes Métropole, Sophie Rigon, Gérard Cabiron, Jacqueline Bach, Antoine Cotillon directeur de la SAT, Valérie Escojido, Philippe Berto directeur du comité régional du tourisme, Hélène Genetet de la CCI d'Alès, Fabienne Griffoul directrice du CDT du Gard, Michel Guyonnet, Michel Labro ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, Alain Plombat, ancien président du groupe Midi Libre, Ahmed Mesli, Christophe Musset PDG de TV Sud, Joëlle Mouton de la Chambre de Métiers du Gard, Tristan Cuche du Petit Futé, Sophie Pellegrin-Ponsolle de Sud de France Développement, Coralie Pierre du Journal des 500, Thierry Trenel co-président des halles de Nîmes, Pierre Thoniel du cabinet du président de la région etc. (Photos : Christophe Aubry)

Un remerciement tout particulier à Patrick Chabrier des vins Chabrier et Luc Baudet du Mas Neuf pour leurs superbes vins.

La brasserie de Jérôme Nutile est située 351 chemin bas du Mas de Boudan à Nîmes. Tél : 04 66 40 60 75 - www.jerome-nutile.com

1 IMG_1010.jpg

2-DSCF4508.jpg

3-IMG_1054.jpg

4 IMG_0913.jpg

5 IMG_0941.jpg

6 IMG_0979.jpg

8 IMG_1175.jpg

9 IMG_1157.jpg

10 IMG_1185.jpg

11 IMG_1107.jpg

12 .jpg

13 IMG_0871.jpg

14 IMG_0932.jpg

16 IMG_1039.jpg

15 IMG_0886.jpg

17 IMG_1122.jpg

18 IMG_1020.jpg

19 IMG_1084.jpg

20 IMG_1045.jpg

21 IMG_1199.jpg

22 IMG_1017.jpg

23 IMG_0998.jpg

24 IMG_0946.jpg

25 IMG_1016.jpg

 

27 IMG_1101.jpg

29 IMG_1203.jpg

30 IMG_1214.jpg

31 DSCF4518.jpg

35 IMG_1173.jpg

36 IMG_1141.jpg

37 IMG_1132.jpg

 

07/12/2014

Midi Gourmand : un numéro spécial pour Noël

En kiosque dès le jeudi 11 décembre, le nouveau numéro de Midi Gourmand vous réserve de belles surprises. A l'occasion des fêtes de fin d'année, le pâtissier des halles de Sète Arnaud Dejean propose la recette pas à pas de sa bûche griotte-amande-pistache, tandis que les chefs étoilés Michel Kayser et Lionel Giraud confient leur passion de la truffe et dévoilent de formidables recettes.
A découvrir aussi, la recette de la bûche tout en chocolat de Laurent Carratié, chocolatier à Béziers, les pigeons du Tarn de Lionel Monneret ainsi que ceux des Costières, la nouvelle table étoilée de Pascal Borell à Banyuls, l'élevage d'esturgeons de Pierre Tachon dans le Gers, les déclinaisons à base de violette d'Hélène Vié à Toulouse, le dernier moulin à farine de Montpellier, les arts de la table vus par le fleuriste Pascal Silvestri, etc. A découvrir aussi, les cours de crèpes et cakes pour enfants de Cook-shop à Pézenas, les volailles de la maison Coucourus à Béziers, les "cook box" spécial réveillon.
Enfin pour la bonne bouche, un reportage sur l'ouverture de la brasserie du chef étoilé Jérôme Nutile à Nîmes et un dossier spécial "recettes câlines et coquines" avec une douzaine de recettes aussi surprenantes les unes que les autres. Sans oublier les rubriques habituelles comme les nouveautés en librairie, les restaurants à découvrir, les gites à visiter. Et comme Noël, ce n'est qu'une fois par an, Midi Gourmand vous offre un deuxième magazine de 48 pages : le guide hiver Sud de France, recensant toutes les activités hivernales du Languedoc-Roussillon et passant en revue les stations de ski des Pyrénées catalanes, des Cévennes, de l'Aubrac et de la Margeride !
Midi Gourmand n°17 (avec le supplément Sud de France), en kiosque à partir du 11 décembre, 4,50€

UNE MG N°17.jpg

UNE SDF Hiver 2014.jpg

05/08/2014

Quand Frédéric Lopez parle de la cuisine méditerranéenne

Frédéric Lopez a été élevé dans la région, dans l'Hérault. Pour le numéro de Midi Gourmand été 2014, l'animateur de télévision a accepté de répondre à nos questions sur son rapport à la cuisine, son goût de la région. Voici l'interview publiée dans notre numéro, toujours en kiosques :

14-16 ITW LOPEZ - copie.jpg

 

 « J’adore la mauvaise foi quand on cuisine »

 

Frédéric Lopez a grandi dans la région, de Palavas à Lunel en passant par Aigues-Mortes. Ses parents habitent encore à Agde. Dans “Rendez-vous en terre inconnue” et “La parenthèse inattendue”, les émissions de l’animateur sur France 2, la nourriture et la cuisine ont leur place. Rencontre avec celui qui cherche une résidence secondaire en Cévennes.

 

Propos recueillis par Arnaud Boucomont  - Photos : Adénium TV France / JM Turpin

 

 Vous disiez à une époque que vous vouliez “garder le goût du travail”. Quel rapport, justement, entretenez-vous avec les goûts ?
J’ai appris depuis trois ou quatre ans à savourer l’existence, ce que je ne faisais pas avant. J’étais toujours en train de courir, toujours tendu vers quelque chose, toujours dans l’action. Un ami m’a dit il y a quelques années que je pouvais arriver à être, sans faire.

 

 

Est-ce que ces moments-là vous ont permis de vous reconnecter avec le plaisir du goût ?
Pour être honnête, ça ne m’a jamais quitté. Ma mère cuisinait très bien et puis ensuite j’ai été marié pendant quinze ans. Et la mère de mon fils n’était pas une épicurienne. A l’époque, on avait 20 ans, ça n’était pas son truc. Et moi j’étais dans l’action. Donc, on a mangé pendant quinze ans comme des étudiants. Dans “La parenthèse inattendue”, on voit comment les invités stressent pour le repas. Ils sont plus concentrés sur ce qu’ils font que sur ce qu’ils disent, alors que ce qu’ils disent va être écouté par plein de gens.

 

 

 

Ils sont dans l’instant présent...
Oui, c’est fascinant. On y met l’intention de faire plaisir. Je ne fais rien. On ne peut pas cuisiner en posant des questions. Je ne fais qu’éplucher les légumes. Mais je les observe. C’est assez marrant. Patrick Timsit avait demandé une recette à un pote, il a fait des quenelles. Ils prennent ça très au sérieux. Je me sens bien dans beaucoup d’endroits sur terre, mais cette tradition française de la cuisine, je trouve ça super... Parce que c’est dans l’émotion. J’ai eu aussi des grands chefs dans “La parenthèse inattendue”. J’adore les voir faire avec quelques ingrédients qui n’ont l’air de rien. Tout ça me donne envie de cuisiner.

 

 

C’est pour trouver le temps de cuisiner que vous avez arrêté France Inter ? J’ai arrêté la radio pour prendre plus de temps pour vivre. Ça voulait dire apprendre la musique, apprendre à cuisiner, à jardiner, à bricoler. Je ne sais rien faire ! C’est une phrase de Confucius qui m’a aidé à expliquer ma décision : “On a deux vies, la seconde est là le jour où on vérifie qu’on n’en a qu’une”. La cuisine fait partie de ce que je n’ai pas eu le temps de faire jusqu’à présent. Un ami vient de m’apprendre à faire du pain. Je ne peux pas vous dire comme ça m’a rendu heureux. De la farine, de l’eau, de la levure et du sel : et à la clé une sensation incroyable. Je vois bien que je m’en vantais quand j’en parlais autour de moi.

 

Le plaisir autour de la table, autour de la cuisine c’est quelque chose que vous cultivez au-delà de vos émissions ?
Cuisiner ensemble, très honnêtement, ce n’est pas quelque chose que je faisais dans la vraie vie. Mais c’est un truc assez chouette. C’est un peu enfantin. J’adore la mauvaise foi quand on cuisine : quand quelqu’un dit qu’il manque un ingrédient pour que ce soit bon. Ça dit l’importance qu’ils accordent à ce qu’ils sont en train de faire. Pour la première émission, le comédien François-Xavier Demaison avait prévu une recette. Adriana Karembeu a dit “on pourrait rajouter des petites carottes”. Et je vois la tête de Demaison, juste contrarié parce qu’on est en train de transformer sa recette. Adriana ne le voit pas. Moi, oui. Et elle insiste : “on pourrait rajouter des petits oignons aussi”. Et lui, qui est très gentil, dit juste que ce ne sera plus du tout la recette qu’il avait prévu. La politesse qu’il y mettait et le fait qu’il était à cheval là-dessus, je trouvais ça très drôle. Mon stress, c’est quand je cuisine à côté de quelqu’un qui sait cuisiner. Il y a deux types de personnes : ceux qui vous laissent faire la recette et ceux qui ne peuvent pas s’empêcher de dire “tu devrais rajouter de la cannelle” ou “tu vois, si tu rajoutes des pignons, ça va être très sympa”. C’est horrible. Dans ces cas-là, je réponds “laisse-moi me planter”.

 

 

Quels plats de  “La parenthèse inattendue” vous reviennent en mémoire ?
Je me rappelle du chef Jean-François Piège, qui avait fait une sorte de fricassée. Ça a l’air fastoche. Je vais vous raconter les coulisses. Devant la caméra, il fait la recette : morilles, écrevisses, asperges vertes, une sorte de poêlée comme ça. Hors caméra, je lui dis “dis donc, il y avait un petit jus de truffe là !”. Il me répond “ca, c’est le secret !”. Donc, j’ai compris que je ne pourrais pas le faire chez moi.

 

 

Vous n’êtes donc pas un pro de la cuisine, comme Patrick Timsit qui avoue ne savoir faire que des pâtes...
On est tous les deux au même niveau, mais lui il croit qu’il est nul alors que moi je crois que je ne suis pas mauvais. Je ne cuisine pas souvent, même si j’adore le faire. Je fais des tas de bêtises dès que j’essaie de sortir de la recette. Patrick Timsit m’avait invité chez lui, près d’Uzès, et il y avait deux grands chefs. Il est très fort : à peine le premier a fait à manger à midi, qu’il lance un défi au second pour le repas du soir. Il est très malin.

 

 Que vous reste-t-il des souvenirs culinaires de votre adolescence, dans l’Hérault ?
Il y a quelque chose que je n’ai jamais mangé ailleurs dans le monde, ce sont les tellines. J’en parle partout et personne ne sait de quoi je parle. Je suis fou, aussi, de légumes farcis. C’est la recette de ma mère. Le problème, c’est que lorsque je vais dans un restaurant, même si c’est le plus grand chef du monde, il ne fait pas la recette de ma mère ! Après, j’ai du mal à identifier des produits vraiment languedociens... J’ai souvent l’habitude de dire que je n’ai pas de racines. Je me sens de nulle part, mais je me sens bien partout.

 

Vous expliquez vouloir vous installer en Cévennes... Vous avez les châtaignes, le pélardon. Et si vous allez vers le Larzac, vous avez le roquefort. Vous êtes fromage ? Ça vous parle ?
Pas tant que ça. Quand il y en a, oui. Mais en bon citadin, un peu sédentaire, je dois faire attention. Quand on passe à la télé, on explique que ça grossit de quatre kilos. Du coup, j’ai arrêté de manger du fromage ! Les châtaignes, j’adore ! La crème de marron, les châtaignes grillées à la poêle trouée...

 

Le bio, ça vous interpelle ?
Je suis attiré naturellement vers le bio, mais je suis assez choqué de voir qu’il n’est pas accessible à tous. J’ai parmi mes gourous Pierre Rabhi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais ce qu’il raconte me touche beaucoup. Ça rejoint ce que je vis dans “Rendez-vous en terre inconnue”. Dans ses livres, il explique qu’il a vu l’apparition de ce qu’on appelle le progrès en agriculture. Il a vu arriver cette folie.

 

 

 

04/06/2014

J-10 pour 'Toques et Toqués 2014' !

C'est ce matin au Jardin des Sens, qu'a été présentée la nouvelle édition de la manifestation gastronomique 'Toques et Toqués". Organisée par l'association Cl'Hub Chefs d'Oc (regroupant 11 chefs cuisiniers de Montpellier), la manifestation se tiendra samedi 14 juin de 10 à 15h aux Jardins du Peyrou à Montpellier. Outre des démonstrations  de cuisine et une sculpture de glaces, cette opération est surtout l'occasion de goûter le meilleur de la cuisine du Sud puisque cinq plats réalisés par les meilleurs restaurateurs de la ville, seront proposés sous formes de tapas : deux entrées, un poisson, une viande et un dessert. Le tout avec deux verres de vins.

Cette deuxième édition, qui prend de l'ampleur après la réussite (malgré le temps) de l'édition 2013, est une nouvelle étape dans la reconnaissance et la mise en avant de la gastronomie languedocienne, avec le soutien de Midi Gourmand, qui a réalisé la plaquette du programme de la manifestation (A TELECHARGER CI-DESSOUS). Mais avis aux amateurs : il n'y a des tapas que pour 1500 personnes !

"Toques et Toqués", samedi 14 juin 2014 à Montpellier, Jardins du Peyrou. Rens : 04 67 66 46 36. 20€ le carnet de tickets donnant droit aux 5 plats et à 2 verres de vin.

PROGRAMME TOQUES ET TOQUES 2014.pdf

TOQUES ET TOQUES 2014 Jpeg- copie.jpg

23/04/2014

Pierre Augé, 2010-2014 : la belle revanche !

Pierre Augé, le chef du restaurant "La Maison de Petit Pierre" à Béziers, est désormais un cas à part : finaliste malheureux de la première saison de l'émission à succès "Top Chef" sur M6 en 2010, il a retenté sa chance et pris sa revanche en 14 semaines pour sortir vainqueur le 21 avril dernier de la saison 5 de cette émission. Dans le premier numéro de Midi Gourmand en juillet 2010, Jean-Jacques Sarciat faisait le portrait de ce cuisinier talentueux et toujours de bonne humeur :

AUGE01- O.Got - copie.jpg

"Pierre Augé a le physique d'un torero. Affûté comme un maestro des arènes. Cheveux coiffés à la Rudolph Valentino. Latino ? Un peu. Fondu du produit rare ? Beaucoup. Là, il vient de découvrir une carotte noire. Un légume sorti de derrière les fagots. "J'ai aussi trouvé une salade qui vient de Hollande : la feuille d'huître. Quand on la croque, on a la mer dans la bouche !". Que des trucs hors norme. A l'image du chef biterrois. En poussant la porte de "La Maison de Campagne "(l'ancien nom de "La Maison de Petit Pierre" NDLR), il faut s'attendre à subir l'inspiration du moment de Pierre Augé. Un doux supplice gastronomique en fait. "J'étais chez Gagnaire à Londres. J'avais préparé un plateau avec des petits fours. Je m'étais appliqué comme jamais. Le Chef passe en fin de matinée et jette à peine un regard sur ce que j'avais fait. Il n'a même pas goûté. Le soir, je lui ai demandé pourquoi il avait agit ainsi. Il m'a répondu : "pas la peine de goûter. Je sais que ce que tu as fait était bon, mais tu peux faire mieux". Cela a guidé ma vie. Comme quoi une phrase peut changer pas mal de choses", explique-t-il. Pierre Augé, c'est le dernier rejeton d'une lignée au service de l'art de la table. D'une tradition de la bouffe. Un grand-père berger et boucher, un père charcutier traiteur chez qui il a fait ses premières gammes. Ensuite, direction la capitale : le Bristol, Taillevent, le Pré Catelan. De grandes maisons, où les brigades sont les hussards de la gastronomie française. Et puis un jour, c'est le retour au pays. Logique. L'Orb, le fleuve qui baigne Béziers, coule dans ses veines. Il trouvera son bonheur à l'ombre des arènes. Enfin, pas très loin. Mais l'image est jolie. Depuis, dans sa cuisine, il envoie, seul, une centaine de couverts par jour (aujourd'hui en 2014, c'est plutôt 200 couverts NDLR). "Mon moteur, c'est l'envie de faire plaisir. je me dépasse tous les jours pour atteindre ce but. Cela fait six ans que je travaille sans m'économiser, poursuit Pierre Augé, je travaille à l'instinct. Je trouve des idées sur le moment avec la base culinaire dont je dispose alors". Ce toqué trentenaire travaille les produits de la région avec une cuisine qui navigue entre terre et mer. Un savoir-faire posé sur la rigueur et l'amusement. Loin des sentiers battus. Pierre Augé explore. Il batifole avec la gourmandise d'un gamin rigolard. "Je sais rester à ma place. Pour l'instant, je ne cherche pas à décrocher une étoile au Michelin. Il me reste du chemin à parcourir", explique-t-il, bien dans sa cuisine et ses baskets. "Je commence à avoir des plats qui deviennent mes classiques. La bonbonnière de boudin par exemple". Classique Pierre Augé ? Avec des notes de baroque et une pincée de primitifs flamands alors. Et seulement ainsi. "J'ai mis à la carte du boeuf de Galice. C'est de la blonde d'Aquitaine qui part en Galice. La viande est maturée entre 3 à 6 mois. Elle est momifiée au gras. Dans l'assiette, on ne retrouve que le coeur de la viande. On la mange presque à la cuillère !" Et si on tend l'oreille, on percevra les mots de Rosalia de Castro avec son "El caballero de las botas azules". Le bonheur, quoi. " (Photo : O.Got pour Midi Gourmand)

La Maison de Petit Pierre, 22 av Pierre Verdier, 34500 Béziers. Tél. 04 67 30 91 85 - www.lamaisondepetitpierre.fr

19/03/2014

Midi Gourmand : le numéro de printemps en kiosque

En attendant sa sortie en kiosques à partir de vendredi 21 mars, voici en avant-première la Une du nouveau Midi Gourmand. Dossier spécial burgers de Toulouse à Nîmes, avec les avis de diététicien et spécialistes de l'alimentation, des recettes et les meilleurs adresses du grand Sud. A lire aussi avant Pâques, la sélection du Top 21 des meilleurs artisans-chocolatiers de la région, des portraits d'artisans, de chefs (Fabien Lefevbre à Béziers, Guillem Monier à Perpignan, Gérard Azoulay à Avignon) et les rubriques habituelles. A ne pas manquer non plus pour les fans du guide Michelin : en exclusivité Midi Gourmand a réalisé la cartographie des tous les étoilés du Grand Sud, région par région, de l'Aquitaine à PACA !

MG14.jpg

23/09/2013

Midi Gourmand en fait tout un fromage !

 

Pour son numéro d’automne, votre magazine des saveurs du Sud propose un numéro riche en infos de 144 pages, avec un dossier spécial fromages, qui devient un produit de haute gastronomie, ainsi qu’une interview épicurienne de l’actrice Agnès Jaoui, marraine cet été de la manifestation gastronomique « Lot of Saveurs » à Cahors. A lire aussi dans ce 12ème numéro, un reportage sur les halles d’Alès, une balade en barque avec les derniers pêcheurs d’anguilles sur l’étang de Bages, une visite des producteurs d’oignon de Toulouges en pays catalan, une autre chez Villaret qui fabrique depuis 300 ans les fameux croquants, un portrait de Philippe Galindo, chef prometteur de L’Almandin à Saint-Cyprien, une leçon de cuisine avec Jérôme Nutile pour le site de « kitchen box » de chefs Gourmanéo, une plongée dans le centre de pommologie d’Alès et un dossier spécial Aveyron avec un tour d’horizon des produits exceptionnels de ce département.

Côté escapades, Midi Gourmand vous emmène pour cet automne en Petite Camargue dans les lodges chics du domaine de Sainte-Colombe mais aussi en ville à Montpellier, chez les propriétaires de l’étonnante Villa Nova.

Dédié à l’art de vivre, Midi Gourmand n’en oublie pas moins le côté pratique et propose une sélection de 20 restaurants sélectionnés par la rédaction, entre Toulouse et Nîmes. Et puis vous retrouverez toujours les rubriques habituelles du Dr Laurent Chevallier, la recette pas à pas (celle de la pizza roquefort et piment préparée spécialement pour Midi Gourmand par les chefs L’Helgouach et Thimothée, primés aux derniers championnats du monde de pizza), l’actualité gourmande, les recettes, les rendez-vous des mois à venir etc… En revanche, il vous faudra attendre vendredi 27 septembre pour le trouver en kiosque en Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées (ainsi que sur certains départements de PACA). Patience...

Didier Thomas-Radux

MG12_COUV_ML1.jpg


 

20/09/2012

Midi Gourmand 8 est en kiosque !

Revoilà le trimestriel des saveurs du Sud ! A la Une du numéro d'automne, une enquête sur le renouveau de la cuisine bistrot en Languedoc-Roussillon en passant par le "Wine Bar" à Nîmes, "Chez Boris" à Montpellier et le producteur de jambons Bernard Bonzom à Saillagouse en Cerdagne.

Egalement au menu, un dossier sur les cours de cuisine proposés par les chefs : de la Lozère aux Pyrénées-Orientales, ce sont ainsi une vingtaine de "leçons de piano" qui sont proposées sur des thèmes aussi variés que la cuisine des poissons, cuisiner les épices, les agrumes, les macarons etc.

Autre sujet d'actualité : le riz qui pousse en Petite Camargue au milieu de canards chargés de manger les herbes parasites, les figues qui font bientôt leur festival à Vézénobres, ou encore la seule vinaigrerie artisanale de France, installée près de Port-Vendres. Côté portraits de toqués, rendez-vous dans deux lieux nouveaux : le restaurant panoramique d'Alexandre Klimenko à Leucate et le cocon gourmand de Pascale Vende à Montpellier.

En guise de dessert, une escapade à la Métairie Montplaisir près de Carcassonne, et l'interview gourmande du journaliste Jean-Jacques Bourdin. A découvrir aussi, la nouvelle rubrique "Nutrition" du docteur Laurent Chevallier, sans oublier les rubriques habituelles et les bonnes adresses de restaurant, etc.

 

cours de cuisine,bistrot,jean-jacques bourdin,gatsronomie,figues,riz de camargue,midi gourmand

En kiosque en Languedoc-Roussillon ou sur midilibre.com, 3,90€. Bonne dégustation !

 

25/06/2012

Pour l’été, Midi Gourmand raconte des salades !

UneMG653.jpgLe numéro 7 (Eté 2012) du trimestriel Midi Gourmand vient de paraître.  A la une, des salades de l’été réinterprétées par le chef étoilé Charles Fontès, du restaurant « La Réserve Rimbaud » de Montpellier qui propose cinq recettes, analysées et décortiquées par le médecin nutritionniste Laurent Chevallier.
A lire également un reportage sur un pêcheur de tellines au Grau du Roi, une incursion au sein du monastère orthodoxe de Solan où l’on produit du vin, une journée au pied des cerisiers à Céret ou encore une échappée dans l’atelier de fabrication de macarons d’un pâtissier de Narbonne !

Eté oblige, Midi Gourmand propose une sélection de rosés de la région, ainsi qu’un petit panel des huiles d’olive d’ici ! Enfin cerise sur le gâteau, c’est le chanteur on ne peut plus gourmand Pierre Perret, qui répond aux questions de l’interview épicurienne.

Petite nouveauté estivale, en plus du magazine est offert un mini-Midi Gourmand de 64 pages consacré au meilleur des produits de l’Aveyron, avec également quelques portraits de ceux qui font vivre ce département. Autant d’articles à déguster sans modération !


 

16/03/2012

Les recettes de la mer à bord du nouveau Midi Gourmand !

Midi Gourmand, 136 pages, la mer dans votre cuisine, sète, frontignan, la rouille de cigale, la macaronade, Christelle ZamoraLe numéro 6 du trimestriel Midi Gourmand vient de paraître. Ce magazine aux accents du Sud couvrant le Languedoc-Roussillon, l'Aveyron et la Provence, a décidé pour le printemps de mettre en avant la mer Méditerranée. D’Olivier Azaïs, petit pêcheur de seiche à Frontignan, à une visite chez Jean-Luc Rabanel, deux étoiles en Arles, en passant par Anne Majourel, nouvellement installée à La Coquerie à Sète, la cuisine de la mer est la colonne vertébrale de cette nouvelle édition. Au-delà de cette balade culinaire, Midi Gourmand s’est également intéressé aux nouveaux promus de l’édition 2012 du guide Michelin et notamment à Franck Putelat, qui accroche une deuxième étoile à son établissement de Carcassonne. L’édition printanière est aussi l’occasion de s’inviter chez l’auteur compositeur et chanteuse Marie-Paule Belle qui vient de poser ses valises à Cabestany dans les Pyrénées-Orientales, et d’effectuer une plongée parmi les conquérants de la foodsphère, afin de mettre un coup de projecteur sur des bloggeurs culinaires très actuels qu’il soit de notre région ou d’ailleurs, car le sujet dépasse les frontières. Enfin, période électorale oblige, le célèbre chroniqueur politique Alain Duhamel, qui depuis quarante-cinq ans passe une partie de ses vacances à Monoblet dans le Gard, a accepté de dévoiler les dessous de ses déjeuners avec les leaders politiques de l’Hexagone !

26/01/2012

Recette : la tarte au citron meringuée

recette de la tarte au citron meringuée, Midi Gourmand, Guy Massol, Christelle Zamora, pâtisserieIngrédients : 3 citrons non traités - 1 pâte sablée - 150 gr de sucre en poudre - 50 g de beurre - 4 œufs entiers - une cuillère à soupe de Maïzena et Pour la meringue : 100 g de sucre glace - 4 blancs d'œufs.

 

Préchauffez le four à 200°

 

Battez énergiquement 4 œufs entiers avec 150 grammes de sucre en poudre dans un saladier,  jusqu’à ce que  le mélange  blanchisse et soit bien mousseux. Ajoutez les zestes d’un citron, le jus des 3 citrons, 50 grammes de beurre fondu. Ajoutez la  cuillère à soupe de Maïzena diluée dans 2 cuillères à soupe d'eau. Mélangez quelques secondes pour que la préparation soit bien homogène. Ajoutez 10 cl de crème liquide. Mettez votre pâte sablée dans votre moule à tarte. Avec les doigts, faites bien adhérer la pâte aux bords du moule et piquez-la avec une fourchette.

 

Pour une tarte plus craquante, précuire la pâte à blanc 15 minutes à 180°. Versez la préparation au citron directement sur la tarte et faites cuire 35 à 40 minutes à 180°C, jusqu'à ce que la crème soit figée, et dorée sur le dessus. Laissez refroidir à température ambiante. Pendant que la tarte cuit, battez 4 blancs d'œufs en neige avec une petite pincée de sel. Lorsque les blancs commencent à monter, ajoutez le sucre glace : une cuillère à soupe de sucre quand les blancs commencent à monter, puis le reste en battant à vitesse maximum pour qu’ils prennent  bien. A la fin de la cuisson, sortez la tarte du four et laissez là refroidir… Mettez le four en position grill à 240°. Quand la tarte est refroidie, recouvrez-la de meringue à la poche à douille ou à en la répartissant de façon uniforme à l'aide d'une spatule. Décorez la tarte en plongeant légèrement un fouet dans la meringue puis en le soulevant rapidement pour former des pointes. Faites cuire quelques instants sous le gril du four très chaud, en surveillant pour ne pas que la meringue brûle. Selon votre goût, très acide ou au contraire plus sucrée, n'hésitez pas à adapter les quantités de jus de citron et de sucre.

 

Receuilli par Christelle Zamora, Recette de Guy Massol, auteur du blog Ripailles & traditions, photo d'Alexandre Dimou. Le blog Ripailles et Traditions

06/01/2012

Recette : Moules au Roquefort

Moules au Roquefort.jpgPour 2 personnes

Préparation : 10 minutes

Cuisson : 10 minutes

 

150 g de Roquefort

1 kg de moules

1 cuillère à soupe de maïzena

1 jaune d'œuf

2 verres de vin blanc

1 petite échalote

1 gousse d'ail

 

Mettez les moules dans une grande casserole avec le vin blanc, l'échalote et la gousse d'ail moulue. Laissez ouvrir les moules sur feu moyen-doux. Filtrez le jus, mettez-le dans une petite casserole. Décortiquez les moules (laisser une coquille sur deux) et réservez-les au chaud. Dans un petit ramequin, mettez le jaune d'œuf, la cuillère à soupe de maïzena et écrasez le Roquefort dans ce mélange avec un peu de jus des moules. Ajoutez au reste du jus dans la casserole et laissez cuire 3 minutes. Versez ce mélange sur les moules encore chaudes et servez.

 

Vin conseillé :

Un Sauvignon blanc

 

Conseil Roquefort : Pour bien le conserver, le Roquefort doit toujours être isolé de l’air ambiant, soit dans son emballage d’origine, soit dans une feuille d’aluminium afin d’éviter qu’il ne se dessèche et pour qu’il conserve toute son onctuosité.

 

Crédit photos : Frédéric Arnaud

22/09/2011

Midi Gourmand : le numéro d'automne est arrivé !

Ferran Adrià, Pierre Richard, Armand Arnal, Michel Bras, Sébastien Bras, cuisine végétale, midi gourmand Le vendredi 23 septembre, le jour de la fête nationale de la gastronomie, Midi Gourmand déboule en kiosque. A la Une de ce numéro d'automne, un panorama de la cuisine végétale de notre région autour d'un reportage chez Michel et Sébastien Bras à Laguiole dans l'Aveyron, une recette pas à pas réalisée par Armand Arnal, un des chantres de la cuisine bio et locavore, depuis La Chassagnette son restaurant arlésien situé au Sambuc dans les Bouches du Rhône. Midi Gourmand part encore à la rencontre de l'acteur Pierre Richard à Gruissan. Des portraits s'ensuivent avec Roland Feuillas, boulanger à Cucugnan, mais aussi une visite de l'épicerie indienne de Pria et Jayesh Baboulal à Montpellier. Aux halles de Narbonne, Midi Gourmand s'est arrêté chez l'incroyable Bebelle et du côté de Pézenas, dans la famille Qautrefages pour y déguster des petits pâtés. Enfin, Midi Gourmand propose une interview épicurienne du navigateur Kito de Pavant sur sa plage de l'Espiguette au Grau-du-Roi et une immersion chez Françoise et Philippe Léonard qui cultivent l'oignon doux des Cévennes. Vous pourrez encore partir à la pêche à la truite ou en escapade à Bélesta dans les Pyrénées-Orientales, où des architectes ont transformé une ancienne cave vigneronne en hôtel de luxe ! Ce numéro propose encore un cahier spécial "Gérone" en Espagne, avec une longue interview du proprétaire d'El Bulli Ferran Adrià, qui vient de fermer son mythique restaurant ! Bien entendu, vous retrouverez aussi vos recettes du sud, les restaurants d'ici...

En kiosque pour 3,90 € seulement à partir du 23 septembre !

 A suivre La fête de la gastronomie du 23 septembre :

Nîmes fête la gastronomie dans les arènes et le rallye des saveurs en pays nîmois, voir le programme sur le site de l'office de tourisme http://www.ot-nimes.fr/vivez/a-lannee/evenement/article/g...

Avignon fête la gastronomie : http://www.fete-gastronomie.fr/fr/evenement-a-la-une/49/

Les charcutiers-traiteurs fêtent la gastronomie : www.charcutiers-traiteurs.com

A lire sur Midi Libre, Fête de la gastronomie :http://www.midilibre.fr/2011/09/21/demain-la-gastronomie-...

La fête de la gastronomie chez Noilly Prat http://www.midilibre.fr/2011/09/22/noilly-prat-fete-la-ga...

 Sur le blog de Midi Gourmand, http://www.midigourmand.com/index-1.html http://www.fete-gastronomie.fr/fr/evenement-a-la-une/65/

29/06/2011

Midi Gourmand : le numéro d'été en kiosque

COUVMG3.jpgLe numéro 3 du trimestriel Midi Gourmand vient de paraître. Au menu de ce numéro : l’interview exclusive de Charles Aznavour dans son oliveraie de Mouriès,  la recette pas à pas des filets de dorades aux citrons confits de Carole Hamoneau de l’Entonnoir aux halles de Sète, une rencontre dans la cuisine du chanteur occitan Claude Marti, un portrait du prometteur deux étoiles Jérôme Nutile à Collias, tout juste consacré « un des meilleurs ouvriers de France ». Mais aussi un reportage sur le développement de la cueillette à la ferme, un dossier sur les rosés de l’été ou encore un grand dossier sur les 80 terrasses et restaurants de plage à découvrir cet été, de la côte Vermeille à la Camargue ! Côté anecdote, Midi Gourmand révèle aux amateurs de Ricard que la nouvelle bouteille de la célèbre boisson marseillaise, a en fait été conçue dans l’Hérault !

 

Chez tous les marchands de journaux au prix de 3,90 €

10/06/2011

Le 1er hors série de Midi Gourmand

UNE MIDI TOURISME.jpgEn kiosque aujourd'hui

Midi Tourisme signe pour le Sud avec un tour des saveurs et des beautés architecturales de notre région, le Languedoc-Roussillon ! Cette fin de semaine, en collaboration avec le Comité Régional du Tourisme et la rédaction de Midi Gourmand, partez à la rencontre des richesses de notre région. Saveurs, senteurs, sites incontournables, forteresses ou villes singulières, rédécouvrez le patrimoine historique, muséal et les spécialités culinaires de tout un territoire. Un incontournable de vos pérégrinations estivales avec des idées de circuits découvertes ! 

Chez tous les marchands de journaux pour 2,90 €