Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/01/2017

Laurent Lemal en lice pour le Bocuse d'Or

Une soixantaine de volailles de Bresse, une douzaine de kilos de truffes noires, des centaines de kilos de légumes et une vingtaine de kilos d'écrevisses. C'est ce que depuis septembre, dans son local reprenant à l'identique les conditions du concours ou dans la cuisine des chefs qui l'épaulent, le candidat au Bocuse d'Or 2017 a consommé pour tester ses plats. Voilà des mois que Laurent Lemal, chef étoilé du Domaine Riberach à Bélesta (66) s’y prépare, après avoir gagné la finale française puis être sorti dans la botte lors de l'épreuve européenne en mai 2016. Le chef de 35 ans affrontera à Lyon les 24 et 25 janvier prochains avec son jeune commis Benjamin Vakanas les vingt-trois autres candidats du ‘Bocuse d’Or’, le summum des concours de cuisine qui se tient tous les deux ans lors du Sirha. Porteur des couleurs tricolore et entouré d’une team prestigieuse - François Adamski (Bordeaux), Franck Putelat (Carcassonne), Fabien Lefebvre (Béziers), Olivier Bajard (Perpignan), Jean-Luc Danjou (Toulouse), Fabrice Prochasson (Paris)  notamment - le cuisinier s’entraine pour créer tel un orfèvre, un plat à base de volaille et d’écrevisse doté de trois garnitures différentes et un second 100% végétal, le tout à servir en 5h35 à un jury international de quatorze personnes. Comment se présentent ces créations inspirées du thème du Petit Prince ? Secret d’Etat ! « Nous avons travaillé pour créer quelque chose qui ne s’est jamais vu », répond le candidat avec un flegme apparent, même si le stress monte à l'approche de la finale. Car le Bocuse est un enjeu important où la France, qui a remporté 7 Bocuse d'Or sur quatorze éditions, fait face à de sérieux challengers venus de Hongrie, d’Australie ou du Danemark. "L'équipe de Hongrie, managée par Rasmus Kofoed (restaurant Geranium*** à Copenhague) et celle d'Australie avec Romuald Fassenet comme coach, sont redoutables", confie Franck Putelat. Pour l’emporter, l’équipe française prépare une surprise de taille : « On va se démarquer en misant sur la présentation et le goût? On prend des risques énomes », promet Franck Putelat, Bocuse d'Argent 2003. Maîtrise de soi, haute technicité, créativité sont ainsi quelques unes des nombreuses qualités dont devra faire preuve Laurent Lemal pour préparer et présenter la volaille et la soixantaine d'éléments à dresser, et le plat végétal classé top secret, sans aucun produit animal (lait, oeufs etc.). "Et surtout, l'identité de la France doit être dans l'assiette", précise François Adamski, Bocuse d'Or 2001. Sans toutefois être trop imposante, car le jury est international. Gilles Goujon, Yannick Aleno, Guillaume Gomez ont eu l'occasion de venir soutenir Laurent Lemal. Le candidat français part donc avec une pléiade d'étoilés. Un bon présage pour l'emporter au soir du 25 janvier ? Réponse dans quelques jours, jours pendant lesquels Laurent Lemal va s'entrainer encore et encore à hauteur de 15 heures par jours, à dresser ses plats sous les auspices qu Petite Prince, qui peut-être le feront roi !. Didier Thomas-Radux (Photos : Aurélio Rodriguez)
L'actu de la team France ici : https://teamfrancebocusedor.wordpress.com/

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.34.34.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.36.30.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.35.27.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.37.46.png

bocuse 2017,laurent lemal,sirha,lyon,gastronomie

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.38.10.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.38.21.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.42.47.png

23/09/2015

Le catalan Laurent Lemal Bocuse d'Or

Après avoir accédé en finale des MOF 2015 et décroché l'étoile pour le restaurant La Coopérative au sein du complexe Riberach où il est arrivé en 2009, Laurent Lemal vient de remporter à Paris le 22 septembre le Bocuse d'or France 2015. Le jeune chef de 35 ans s'est imposé face à sept autres candidats. Le jury, présidé par Michel Roth et Nicolas Davouze, a apprécié l'éloquence du chef lors de l'entretien individuel et surtout sa maîtrise des produits imposés - le pigeon et le maquereau - durant les 5 heures de l'épreuve. Les prochaines étapes pour le cuisinier de Bélesta sera le Bocuse d'Europe les 10 et 11 mai 2016 à Budapest puis en cas de sélection, la grande finale les 24 et 25 janvier 2017 dans le cadre du Sirha à Lyon. DTR (photo : A.Rodriguez)

LaurentLemal-Riberach-LaCoopérative.JPG

07/11/2014

Laurent Lemal, finaliste du MOF

Laurent Lemal, le jeune chef étoilé de La Coopérative à Bélesta (Pyrénées-Orientales), serait selon le site cuisinerenligne.fr, le seul cuisinier du Languedoc-Roussillon à accéder en finale du prestigieux - et très difficile - concours pour accéder au titre de "l'un des meilleurs ouvriers de France" (MOF). Dans la catégorie cuisinier, ils étaient plus de 700 à postuler en France, chiffre ramené à 215 lors des demi-finale, dont 8 chefs du Languedoc-Roussillon. Parmi les 32 finalistes, il ne resterait donc que Laurent Lemal pour représenter la région. Agé de 34 ans, titulaire d'une étoile Michelin depuis le début de l'année, Laurent Lemal originaire du Nord, a fait ses classes chez Bruno Caironi (La Bastide de Capelongue), Michel Dussau (Moissac), Benoit Witz (L'abbaye de Celle) etc. Il est arrivé à Bélesta lors de l'ouverture de cette ancienne cave coopérative transformée en hôtel-restaurant en 2009 et a réussi en peu de temps à faire éclore sa cuisine. Pour l'instant, les seuls chefs MOF en région sont Gilles Goujon (Fontjoncouse), Fabien Lefebvre (Béziers), Jérôme Nutile (Nîmes) et Serge Chenet (Pujaut). La finale aura lieu en février 2015.
www.riberach.com
Didier Thomas-Radux (Photo : Aurélio Rodriguez)

lauren lemal- AR-.jpg

24/02/2014

Le Michelin remplume les Pyrénées-Orientales

Le guide Michelin vient de dévoiler ses lauréats 2014. Pas de grands changements à l'horizon pour cette édition. En Languedoc-Roussillon, c'est le Roussillon qui tire profit de la situation : les Pyrénées-Orientales, où ne restaient plus que deux restaurants étoilés, fait plus que doubler son score puisque Le Fanal à Banyuls, L'Auberge du Cellier à Montner et la Coopérative à Bélesta décrochent l'étoile. Belle réussite pour le jeune chef Laurent Lemal (photo 1), qui s'est récemment distingué au concours Prosper Montagné, et pour Karin Pühringer et Luc Richard les créateurs en 2010 de cet hôtel-restaurant dans une ancienne cave coopérative ! Dans l'Aude, Carcassonne perd une étoile depuis le départ de Michel del Burgo pour cause de faillite, mais le domaine d'Auriac conserve également la sienne, malgré le remplacement de Philippe Ducos (parti en retraite) par Philippe Deschamps. Surtout, Alexandre Klimenko (photo 2), qui a pris le risque de monter un très bel établissement à Leucate dominant la mer voilà deux ans, voit ses efforts récompensés avec une étoile. Pas de changements dans l'Hérault. Dans le Gard,on note le retrait des deux étoiles au Castellas : en effet le chef salarié Jérôme Nutile a quitté les fourneaux de ce bel établissement pour monter son propre restaurant à Nîmes, qui devrait ouvrir dans la deuxième partie de l'année. Et l'arrivée dans le monde des étoilés de La Table d'Uzès ouvert voilà à peine un an sous la responsabilité du chef Oscar Garcia, supervisé par le double étoilé de Carcassonne Franck Putelat. Le Languedoc-Roussillon compte donc désormais 25 établissements étoilés dont un 3 étoiles (L'Auberge de Fontjoncouse -11), deux 2 étoiles (La Parc Franck Putelat - 11 et Alexandre - 30) et 20 une étoile (Voir la liste jointe)

A LIRE DANS LE PROCHAIN MIDI GOURMAND (en kiosque le 21 mars) : LA CARTE DES RESTAURANTS ETOILES DE TOUT LE SUD DE LA FRANCE (AQUITAINE, MIDI-PYRENEES, LANGUEDOC-ROUSSILLON, PACA)

Didier Thomas-Radux

belesta - copie.jpg

PHOTO 1- LEUCATE - Klim & Ko (1) - copie.jpg

>>>>>> MICHELIN 2014 LANGUEDOC.doc

28/01/2014

Un japonais lauréat du 64° prix Prosper Montagné à Carcassonne

C'est lundi 27 janvier 2014 dans les salons du prestigieux Hôtel de la Cité et de son restaurant dirigé par Jérôme Ryon, à l'interieur même de la citadelle classée au patrimoine mondial de l'Humanité, qu'a été décerné le 64ème prix culinaire international Prosper Montagné, le plus ancien et l'un des plus prestigieux concours de cuisine de l'Hexagone. Cette édition est doublement exceptionnelle puisqu'elle se tenait dans la ville natale du célèbre cuisinier auteur notamment du "festin occitan" en 1929 et du "Larousse gastronomique" en 1938, et parce que le jury 2014 était présidé par Joël Robuchon, lauréat de ce prix en 1969 et parmi les meilleurs représentants de la gastronomie française.

C'est donc le japonais Kouki Kumamoto (Photo 1), officiant au restaurant de l'Hotel Métropolitan Edmont à Tokyo, qui a remporté ce prix où il s'agissait de préparer une recette de brochet entier à farcir sur place. Le second est Pierre Guiraud, de l'école hôtelière de Lausanne (Suisse), suivie de Marc-Aurèle Vaca de l'école du cordon bleu à Paris en troisième position. Concernant la quatrième place, le jury a classé ex-aequo les trois dreniers finalistes : Christophe Emerling de chef Nutresia à Belmont sur Lausanne (Suisse), Armando Nogueira des sources de Caudalie à Martillac; et enfin Laurent Lemal (Photo 2), le talentueux jeune chef de "La Coopérative", le restaurant de l'hotel Bélesta crée dans une ancienne coopérative viticole à Bélesta et dont Midi Gourmand avait dit le plus grand bien dans son numéro 4 (automne 2011). C'est avec fierté que les candidats ont accueilli le résultat, après avoir travaillé toute la journée dans les cuisines du restaurant pédagogique du CFA "Prosper Montagné" de la ville, géré par la CCI de Carcassonne.

Le Club Prosper Montagné remet également chaque année le prix du meilleur commis de cuisine sélectionné parmi les apprentis issus de la filière hotellerie-restauration qui ont assisté les candidats lors des épreuves. Et c'est donc Fanny Mailhe (Photo 4)qui a remporté le prix 2014.

La fine fleur de la gastronomie régionale accompagnait André Fournet le président international du club Prosper Montagné pour cette manifestation, notamment Gilles Goujon (Photo 3) de l'Auberge de Fontjoncouse et Jean-Marc Boyer à Lastours. Quant aux personnalités, outre le préfet de l'Aude, le président de la CCI Jean Caizergues (Photo 5), partenaire actif et co-organisateur de la manifestation, le député-maire de Carcassonne Jean-Claude Pérez (Photo 5) n'a pas manqué de rappeler que la ville fêterait en 2015 le cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Prosper Montagné. A l'heure où la gastronomie est un axe important de développement touristique, le premier magistrat de la Ville compte bien faire sur cet évènement pour rappeler la place de Carcassonne et de l'Aude dans ce domaine.

remiseprixPM1.jpg

17-_DSC5357.JPG

03-_DSC5276.JPG

07-_DSC5315.JPG

09-_DSC5324.JPG

43-_DSC5471.JPG