Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/02/2016

Embellie pour les vins du Languedoc

A quelques jours de l’ouverture de Vinisud - le salon International des Vins et Spiritueux Méditerranéens à Montpellier - les vins du Languedoc affichent une belle dynamique, tant pour les Appellations d’Origine Contrôlée que pour les Indications Géographiques Protégées. En cinq ans seulement, le chiffre d’affaires des AOC du Languedoc a augmenté de 58% et représente en 2015, 450 M€. Les IGP, grâce notamment aux rosés, progressent de 25% en trois ans avec un chiffre d’affaires annuel de 335 M€. Les raisons de ce succès sont nombreuses, mais “c’est entre autres grâce au travail de valorisation que nous menons collectivement depuis 2006”, comme le souligne Xavier de Volontat, président du CIVL (Conseil Interprofessionnel des AOC du Languedoc et des IGP Sud De France). Si aujourd’hui, vous allez dans un restaurant, vous aurez 57,9% de chances de pouvoir choisir un vin du Languedoc, alors qu’en 2008, vous n’aviez que 27%. Et chez les cavistes parisiens et d’Ile de France, vous êtes sûrs à 97% de pouvoir en acheter. La presse internationale, comme le Wine Spectator, n’hésite plus à écrire que « Le Languedoc gagne le respect ». Elle le classe désormais parmi les meilleurs vignobles du monde. Avec la grande région “Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées”, un nouvel enjeu apparaît. Les deux territoires réunis, la viticulture y représente 7,5 milliards € - soit presque autant qu’Airbus avec ses 8 milliards. Les discussions avec les Vins du Sud Ouest, notamment avec les IGP, ne sont pas encore engagées, tout au moins officiellement. Elles vont devoir l’être. Rose Verdoya

CIVL-Capture d’écran 2016-02-10 à 07.46.08.png


Photo : le bureau du CIVL avec de gauche à droite Philippe Coste, vice-président collège production - René Moreno, vice-président IGP -  Xavier de Volontat, président - Jérôme Villaret, délégué général et Frédéric JeanJean, vice-président collège négoce.

 

15/09/2014

Voir (un peu) la vie en rose

Vous venez de payer votre dernier tiers provisionnel ? Les perspectives économiques vous dépriment ? Vous n'avez pas réussi à trouver un exemplaire du livre de Valérie Trierweiler ? Offrez-vous un petit verre de rosé; en plus c'est la période des vendanges ! Pour vous aider à choisir quel vin boire, Midi Gourmand vous offre les pages parues dans l'édition été 2014. Santé !

Capture d’écran 2014-09-15 à 14.32.32.png

102-105 selection vins_Mise en page 1.pdf

20/12/2011

Le chef Gilles Goujon, la tête dans les étoiles

 

match vins de bordeaux,languedoc,gilles goujon,dominique laporte,georges blanc,michel bras,alain dutournier,pourcel,michel portos,jean-luc rabanel,michel trama,gérald passédat,haut brion,lafite rothscild,domaine de montcalmès,la granges des pères

Gilles Goujon, l’unique cuisinier triple étoilé du Languedoc-Roussillon au guide Michelin, aime bien la fête et l’amitié. Aussi, pour fêter à la fois les 20 ans "L’Auberge du Vieux Puits" à Fontjoncouse, son titre de chef de l’année 2010, sa troisième étoile obtenue voilà 18 mois et surtout ses cinquante ans, il avait décidé de faire les choses en grand, sur deux jours les 18 et 19 décembre derniers.

Tout a commencé dimanche soir, avec un dîner pour 150 personnes organisé dans son auberge en présence du nec plus ultra de la cuisine française. Plus de soixante chefs totalisant près d’une centaine d’étoiles de tout l’Hexagone étaient venus célébrer leur confrère. On comptait ainsi parmi les invités du dîner - où fut servi notamment le fameux oeuf de poule "pourri" à la truffe créée par le chef audois - Georges Blanc ("Blanc" à Vonnas), Michel Bras ("Bras" à Laguiole), Jacques et Laurent Pourcel ("Le Jardin des sens" à Montpellier), Alain Dutournier ("Carré des Feuillants" à Paris), Jérôme Nutile ("Le Castellas" à Collias), Jean-Luc Rabanel ("L’Atelier" à Arles), Michel Trama ("L’Aubergade" à Puymirol), Michel Portos ("Le Saint-James" à Bouliac) ou encore Gérald Passédat ("Le Petit Nice" à Marseille) et Bruno Ménard ("L’Osier" à Tokyo).

Le lendemain, tous les chefs auxquels s’étaient ajoutés les amis et les proches de Gilles Goujon - 350 personnes - se sont retrouvés aux Jardins de Saint-Benoit dans le resort de Garrigae à Saint-Laurent-de-Cabrerisse, pour de nouvelles agapes avec un marché aux producteurs et surtout un match entre 20 grands crus de Bordeaux (on trouvait du Haut-Brion et du Château-Lafite notamment) et grands vins du Languedoc 2008 arbitré par le sommelier Dominique Laporte, où le Languedoc a supplanté les meilleurs flacons bordelais puisque sont arrivés en tête le domaine de Montcalmès (Terrasses du Larzac), suivi de la Grange des pères (VDP de l’Hérault) puis du château Lafite Rothschild (Paulliac 1er grand cru classé) !

 

Didier Thomas-Radux. Photo : William Truffy