Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2017

Un nouveau guide et des distinctions pour Tables & Auberges de France

C'est lundi 27 mars à Colomiers près de Toulouse chez le chef étoilé Yannick Delpech, qu'a été présentée l'édition 2017 du guide gastronomique "Tables & Auberges de France". Cette 22ème édition recense plus de 2000 adresses de tables de prestige, de bistrots gourmands, d'auberges de village sur tout le territoire français. Des tables valorisant les saveurs régionales et les produits du terroir à celles proposant une cuisine d'exception, toute la gamme de la cuisine hexagonale y est représentée. "De plus, la famille Tables & Auberges de France s'est agrandie avec l'arrivée des producteurs locaux. Ils incarnent la dimension essentielle de notre philosophie", a expliqué Jean Lanau, président-fondateur des "Tables & Auberges de France" dont l'ambition est de rassembler et promouvoir les talents d'hommes et de femmes passionnés, qu'ils soient chefs ou aubergistes. Le lancement du guide 2017, aux côtés de Didier Cujives président du Comité Départemental du Tourisme de Haute-Garonne (photo) a également été l'occasion de distinguer quelques établissement, en l'occurrence L'Amphytrion de Yannick Delpech à Colomiers en tant que Table de Prestige, Le Moulin Fleuri de Michaël Chaplin à Véigné (37) comme Table gastronomique, l'Auberge de la Tour de Julien Ricail à Givet (08) comme Table de Terroir ou bien encore Les Trois Fourchettes de Michel Valery à Cervione (02) comme Auberge de Village. Les contenus du guide sont également consultables sur le site www.tables-auberges.com

Capture d’écran 2017-03-28 à 10.59.03.png

09/02/2017

GUIDE MICHELIN : LA LISTE DES 44 ETOILES 2017 D'OCCITANIE

44 étoilés contre 42 fin 2016. La géopolitique des territoires reste stable en Occitanie à l'issue de l'annonce des promus de l'édition 2017 du guide Michelin. Voici en détail, avec une signalétique pour les nouveaux étoilés, la liste complète des restaurants étoilés des 13 départements de la région  DTR

occitanie,gastronomie,liste étoilés,michelin 2017

GERS (32)
- L’Isle-Jourdain / Pujaudran

Le Puits Saint-Jacques**

Chef : Bernard Bach
- Condom

La Table des Cordeliers*

Chef : Eric Sampietro

 LOT (46)
-
Saint-Médard

Le Gindreau**           

Chef : Pascal Bardet

 - Lacave

Château de la Treyne*

Chef : Stéphane Andrieux

 - Lacave

Pont de l’Ouysse*           

Chef : Stéphane Chambon

 - Mercuès

Château de Mercuès* N

Chef : Julien Poisot

 - Saint-Céré
Les Trois soleils de Montal*

Chef : Fréderik Bizat

 - Sousceyrac

Au déjeuner de Sousceyrac*

Chef : Patrick Lagnes

HAUTE-GARONNE (31)

 - Toulouse
Michel Sarran**

Chef : Michel Sarran

 Toulouse

Les Jardins de l’Opéra*

Chef : Stéphane Tournié

 - Toulouse

Py-R*

Chef : Pierre Lambinon

 - Toulouse/Colomiers

L’Amphitryon*

Chef : Yannick Delpech

 - Toulouse/ Aureville

En Marge*

Chef : Frank Renimel

 -Toulouse/ Quint-Fonsegrives

En Pleine Nature*           

Chef : Sylvain Joffre

 - Toulouse/ Castanet Tolosan

La Table des Merville*

Chef : Thierry Merville

 - Toulouse/ Montrabé

L’Aparté* N

Chef : Jeremy Morin           

 - Toulouse/ Rouffiac-Tolosan

Ô Saveurs*

Chefs : David Biasibetti et Daniel Gonzalez

 

AVEYRON (12)

 - Belcastel
Le Vieux Pont *

Chef : Nicole Fagegaltier

- Laguiole

Bras***

Chef : Sébastien Bras

- Bozouls

Le Belvédère*

Chef : Guillaume Viala

- Rodez

Goûts et couleurs*

Chef : Jean-Luc Fau

- Sauveterre-de-Rouergue

Le Sénéchal*

Chef : Michel Truchon

- Conques

Moulin de Cambelong*

Chef : Hervé Busset

 AUDE (11)

 - Fontjoncouse

Auberge du Vieux Puits***

Chef : Gilles Goujon

 - Carcassonne

Le Parc Franck Putelat**

Chef : Franck Putelat

- Carcassonne

Domaine d’Auriac*           

Chef : Philippe Deschamps

 - Lastours

Le Puits du Trésor*

Chef : Jean-Marc Boyer

 - Narbonne

La Table Saint-Crescent*

Chef : Lionel Giraud

 GARD (30)

 - Nîmes/Garons

Restaurant Alexandre – Michel Kayser**

Chef : Michel Kayser

 - Nîmes

Jérôme Nutile*

Chef : Jérôme Nutile

 - Nîmes

Skab* N

Chef : Damien Sanchez

 - Pujaut
Entre vigne et garrigue*

Chef : Serge Chenet

 - Uzès

La Table d’Uzès*           

Chef : Christophe Ducros

 - Villeneuve-lès-Avignon

Le Prieuré*

Chef : Fabien Fage

PYR.-ORIENTALES (66)

 - Banyuls

Le Fanal*

Chef : Pascal Borrell

 - Bélesta

La Coopérative*

Chef : Laurent Lemal

- Collioure

La Balette*           

Chef : Frederic Bacquie

- Montner

Auberge du Cellier*

Chef : Pierre-Louis Marin

- Perpignan

La Galinette*

Chef : Christophe Comes

HÉRAULT (34)

 - Béziers

Octopus*

Chef : Fabien Lefebvre

- Gignac

De Lauzun*           

Chef : Matthieu de Lauzun

 - Montpellier

La Réserve Rimbaud*

Chef : Charles Fontès

 - Sète

La Coquerie*

Chef : Anne Majourel

 LOZÈRE (48)

 - Aumont-Aubrac

Cyril Attrazic *           

Chef : Cyril Attrazic

 

           

 

 

 

 

 

11/01/2017

Laurent Lemal en lice pour le Bocuse d'Or

Une soixantaine de volailles de Bresse, une douzaine de kilos de truffes noires, des centaines de kilos de légumes et une vingtaine de kilos d'écrevisses. C'est ce que depuis septembre, dans son local reprenant à l'identique les conditions du concours ou dans la cuisine des chefs qui l'épaulent, le candidat au Bocuse d'Or 2017 a consommé pour tester ses plats. Voilà des mois que Laurent Lemal, chef étoilé du Domaine Riberach à Bélesta (66) s’y prépare, après avoir gagné la finale française puis être sorti dans la botte lors de l'épreuve européenne en mai 2016. Le chef de 35 ans affrontera à Lyon les 24 et 25 janvier prochains avec son jeune commis Benjamin Vakanas les vingt-trois autres candidats du ‘Bocuse d’Or’, le summum des concours de cuisine qui se tient tous les deux ans lors du Sirha. Porteur des couleurs tricolore et entouré d’une team prestigieuse - François Adamski (Bordeaux), Franck Putelat (Carcassonne), Fabien Lefebvre (Béziers), Olivier Bajard (Perpignan), Jean-Luc Danjou (Toulouse), Fabrice Prochasson (Paris)  notamment - le cuisinier s’entraine pour créer tel un orfèvre, un plat à base de volaille et d’écrevisse doté de trois garnitures différentes et un second 100% végétal, le tout à servir en 5h35 à un jury international de quatorze personnes. Comment se présentent ces créations inspirées du thème du Petit Prince ? Secret d’Etat ! « Nous avons travaillé pour créer quelque chose qui ne s’est jamais vu », répond le candidat avec un flegme apparent, même si le stress monte à l'approche de la finale. Car le Bocuse est un enjeu important où la France, qui a remporté 7 Bocuse d'Or sur quatorze éditions, fait face à de sérieux challengers venus de Hongrie, d’Australie ou du Danemark. "L'équipe de Hongrie, managée par Rasmus Kofoed (restaurant Geranium*** à Copenhague) et celle d'Australie avec Romuald Fassenet comme coach, sont redoutables", confie Franck Putelat. Pour l’emporter, l’équipe française prépare une surprise de taille : « On va se démarquer en misant sur la présentation et le goût? On prend des risques énomes », promet Franck Putelat, Bocuse d'Argent 2003. Maîtrise de soi, haute technicité, créativité sont ainsi quelques unes des nombreuses qualités dont devra faire preuve Laurent Lemal pour préparer et présenter la volaille et la soixantaine d'éléments à dresser, et le plat végétal classé top secret, sans aucun produit animal (lait, oeufs etc.). "Et surtout, l'identité de la France doit être dans l'assiette", précise François Adamski, Bocuse d'Or 2001. Sans toutefois être trop imposante, car le jury est international. Gilles Goujon, Yannick Aleno, Guillaume Gomez ont eu l'occasion de venir soutenir Laurent Lemal. Le candidat français part donc avec une pléiade d'étoilés. Un bon présage pour l'emporter au soir du 25 janvier ? Réponse dans quelques jours, jours pendant lesquels Laurent Lemal va s'entrainer encore et encore à hauteur de 15 heures par jours, à dresser ses plats sous les auspices qu Petite Prince, qui peut-être le feront roi !. Didier Thomas-Radux (Photos : Aurélio Rodriguez)
L'actu de la team France ici : https://teamfrancebocusedor.wordpress.com/

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.34.34.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.36.30.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.35.27.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.37.46.png

bocuse 2017,laurent lemal,sirha,lyon,gastronomie

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.38.10.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.38.21.png

Capture d’écran 2017-01-10 à 18.42.47.png

Noir Désir à Narbonne

"Nul n'est prophète en son pays", dit le proverbe. Ce qui prouve bien que parfois, on dit n'importe quoi. La preuve : Alexis Pélissou, qui pendant trois décennies à la tête du restaurant lotois "Le Gindreau" et un livre incontournable sur la truffe du Périgord* a grandement participé à faire briller en grand les lettres de noblesse du tuber melanosporum, a décidé une fois la retraite arrivée et son établissement transmis à l'excellent Pascal Bardet, de continuer de prêcher, sur de nouveaux territoires.
Certes, le bonhomme n'est pas fou, il reste en "terre sainte", dans le Sud de l'Aude. Pas loin d'endroits comme Villeneuve-Minervois ou Moussoulens, où le climat est propice à la truffe...Et puis, même si 2016 ne sera pas une année impérissable pour la truffe d'hiver en France, ce n'est pas une raison pour laisser les truffes aux cochons ! Foi de Pélissou, pas de quoi baisser la garde, ni ses célèbres bacchantes !
Donc l'ancien étoilé de la vallée du Lot, expert ès-truffes a décidé avec son jeune confrère Fabien de Bruyn, de proposer un menu dégustation hors normes autour de la truffe les vendredi 13 et samedi 14 janvier 2017 au restaurant Gaïa à Narbonne. Un menu terroir et terrien qui va transporter les convives  : beurre de baratte truffé et pain feuilleté à la fleur de sel en mise en bouche, crème de haricots cocos et saint-jacques macérées en capuccinno truffé et iodé à l'huître du bassin de Thau pour suivre, oeuf de ferme en balluchon truffé sur un lit sylvestre foie gras de canard plié dans la feuille de chou rôtie, tranches de truffe et oreilles de porc et Matignon confites pour suivre. Le Brillat-Savarin saupoudré de terreau truffé fait cause commune avec le Subtile alliance de la truffe et du marasquin aux saveurs hivernales sucrées pour achever ce feu d'artifice. Un menu (de 89 à 109€ avec l'accord mets et vins) à faire regretter que le Réveillon ne soit pas mi-janvier ! Restaurant Gaïa, Narbonne. 04 68 48 36 36. www.gaia-narbonne.fr

* 'La truffe sur le soufflé', Alexis Pélissou avec Jean-Pierre Alaux, Editions Féret, 2010

Screenshot_20161213-181620.png

22/11/2016

Le projet de Jérôme Billod-Morel lauréat des Jeunes Talents Gault & Millau

C'est lundi 21 novembre à Carcassonne, dans les locaux du restaurant 'Le Parc' de Franck Putelat, qu'ont été remis les Jeunes Talents 2017 pour le Sud de la France. Outre Jean-Laurent Mazzia à Aix-en-Provence et Pauline et Christophe Biau, le lauréat pour la zone Occitanie est Jérôme Billod-Morel, chef-cuisinier du restaurant Le Jardin des Sources à Brissac, dans l'Hérault. Installé depuis plus de 15 ans dans l'ancien relai de diligences de ce petit village des hauts cantons, responsable régional des Toques Blanches Internationales, Jérôme Billod-Morel est en train de développer un projet de transfert de son établissement sur la commune de Ganges (voir Midi Gourmand 21). Formé à l'école hôtelière de Saint-Jean-du-Gard, le chef a été distingué au titre de son projet de transfert par Gault & Millau et a reçu sa dotation des mains de Côme de Chérisey, directeur du guide et de ses partenaires.
A l'origine, Jérôme Billod-Morel projetait de restaurer l'ancien Hptel de Maisonneuve de Ganges, demeure du XVIIème siècle. Il s'agira finalement d'une reprise de quelques éléments du bâti et une construction nouvelle afin de créer un restaurant gastronomique de 36 couverts doublé d'une brasserie-bar à vin et d'un hôtel de 14 chambres classées 4 étoiles. Le projet, de 2,5 millions d'euros, est à l'échéance de 2018. Didier Thomas-Radux (Photo : S.Duplaix)

Capture d’écran 2016-11-22 à 17.05.04.png

03/11/2016

Nîmes Toquée au cœur de Nîmes

Fin des vendanges ; moment idéal pour harmoniser les vins des Costières de Nîmes et les plats des chefs nîmois. Cette année, le festival épicurien Nîmes Toquée investit trois sites nouveaux comme l’hôtel Appart City de l’Esplanade, ou plus connus des nîmois comme l’hôtel Chouleur et la bodega Pablo Roméro. Tout commence vendredi soir 11 novembre avec un ‘incroyable room service’. Il suffit de réserver une suite à l’Appart City pour seulement 1Hh0 et attendre patiemment que les vignerons toquent à la porte pour vous proposer leurs vins accompagnés de quelques friandises sélectionnées par les étaliers des halles de Nîmes. Le tout assorti de surprises. Réservation obligatoire. Ce pass room service coûte 38€.
Samedi, les propositions se télescopent. A partir de 10h30 et jusqu’à 19h, direction l’hôtel Chouleur pour l’occasion renommée ‘Maison Toquée’. Les artistes se mêlent aux vignerons qui ont concocté des accords mets et vins. Après 19h, place à la fête en musique sur place. Pass Maison Toquée : 15€. Ce n’est tout : les restaurateurs nîmois se sont eux aussi investis pour Nîmes Toquée en préparant un pass ‘Tables Toquées’ avec deux formules bistronomie ou gastronomie autour des vins des Costières. Le pass Tables Toquées, pass dégustation inclus : 47€.
Dimanche, direction la bodega Pablo Roméro pour le pass Brunch à partir de 11h. Au programme surtout des viandes en présence des vignerons. Pass Brunch à 28€. Nîmes Toquée entend clôturer la saison en beauté au cœur de la ville que les Costières de Nîmes se sont choisies comme emblème.
Nîmes Toquée , de vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2016 à Nîmes. Infos sur www.costieres-nimes.org

Capture d’écran 2016-11-03 à 17.59.11.png

10/06/2016

Les Maîtres Cuisiniers à l'échelle de la nouvelle région

C'est lundi dernier 6 juin à Lattes chez Jacques Mazerand (Restaurant Le Mazerand), qu'a été présentée l'édition 2016-17 du guide des Maîtres Cuisiniers de France. Créée en 1951 dans le but de défendre les valeurs de la gastronomie française, l'association comprend 563 membres dans le monde entier, dont 60% en métropole. La nouveauté 2016 pour les chefs du Sud, c'est désormais la réunion dans le guide des chefs des ex régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. 26 chefs sont membres de l'association dans cette grande région, dont Jacques et Laurent Pourcel (Montpellier), Michel Kayser (Garons), Franck Seguret (Perpignan), Jean-Pierre Saint-Martin (Saint-Savin) etc. Ce guide, distribué gratuitement à 200 000 exemplaires, est pour l'association, "la garantie d'établissements soucieux de la sélection des produits et de la formation d'un personnel sensible à l'accueil du client".

 

maîtres cuisiniers,gastronomie,cuisine

03/03/2016

Fin de (première) partie pour les Pourcel

jardin des sens,pourcel,gastronomie,chefs

Le 27 mars prochain, le 'Jardin' sera désormais suspendu. A cette date, Le Jardin des Sens, le fameux restaurant montpelliérain de Jacques et Laurent Pourcel ouvert voilà 28 ans et qui a touché le firmament de la gastronomie française et internationale, sera fermé avenue Saint-Lazare. Mais les jumeaux, qui furent les plus jeunes triples étoilés du guide Michelin et sont à peine quinquagénaires, n'ont pas pour autant raccroché la spatule : tel un Phénix, le Jardin des Sens - seulement suspendu donc - renaitra sous une forme plus cosy d'ici trois ans au centre de Montpellier, dans un immeuble historique place de la Canourgue. D'ici là, Jacques et Laurent Pourcel vont célébrer dignement la fin de cette première étape, avec une semaine de clôture exceptionnelle baptisée "Réunion de famille de chefs" entre le 21 et le 26 mars 2016 au Jardin des Sens. "je pense que ce sera assez émouvant", avoue Jacques Pourcel.  Des chefs venus de onze pays et vingt destinations différentes vont faire le déplacement pour revenir là où ils ont souvent débuter. Franck Renimel, Olivier Bontemps, Romain Salamone, Alain Caron, Julien Lavigne, Joris Bidjendijk, Cyril Lignac et de nombreux autres sont au programme, pour des menus d'exception. Pour finir en beauté, le Jardin des Sens propose donc une fermeture en quatre temps :

- Les diners des grands classiques du Jardin des Sens.
Au diner les 21,22 et 23 mars 2016, Jacques et Laurent Pourcel proposent un diner grand chic à prix choc : pour un menu acheté (120€ avec les boisssons), un autre offert. Avec une farandole de leurs grandes créations. Pressé de homard relevé de soja, petit encornet farci de ratatouille et langoustine, yaourt de foie gras de canard, filet de loup au four, jeunes poireaux et échalote au bouillon, filet de pigeon rôti, pastilla de ses abats aux amandes, déclinaison autour du citron, soupe soufflée au chocolat. (Visite des cuisines, menus dédicacés et photos avec les chefs).
- Les derniers déjeuners de printemps.
Au déjeuner les 22, 23, 24, 25 et 26 mars 2016, menu unique à 50€ avec vin compris et apéritif offert. (Menus dédidacés et photos avec les chefs)

- Les grands diners des anciens du JDS
Jeudi 24 mars, diner exceptionnel à 70€ (95€ avec les boissons), visite des cuisines, menus dédicacés et photo avec les chefs. Pour cette soirée, 8 chefs et amis se (re)mettent en cuisine : Thierry Alix, Romain Salamone, Nathalie Richin, Philippe Zemour, Clément Bonano, Denis Duran, Franck Renimel, Olivier Bontemps.
Vendredi 25 mars, nouveau diner exceptionnel à 70€ (95€ avec les boissons) visite des cuisines, menus dédicacés et photo avec les chefs. Avec Alain Caron, Benoit Pepin, Christophe Lerouy, David Moliconne, Florent Boivin, Keisuke Matsushima, Camille Martin.

- Réunion de famille des chefs
Samedi 26 mars, final en apothéose à 120€ (150€ avec les boissons) visite des cuisines, menus dédicacés et photo avec les chefs. Pour ce moment important, Guillaume Galliot, Julien Lavigne, André Chiang, Wilfrid Hocquet, David Hemmerle, Joris Bijdendijk, Kamoda Takeshi, Cyril Lignac.

Des moments intenses, avant de nouvelles aventures. Le mobilier du restaurant fera ensuite l'objet d'une vente aux enchères confiée à Maitre Andrieu, les 1er et 2 avril prochains (visite d'avant-vente le 31 mars). Pour la semaine de fermeture, quelques places restent disponibles. Réservation : 04 99 58 38 38

 

 

 

18/01/2016

Bib Gourmand : Hecatombe dans les Bib Gourmands du Languedoc-Roussillon

Désormais presque aussi couru que le guide rouge Michelin, la sélection du guide des "Bonnes petites tables du guide Michelin 2016" a été annoncée partiellement le 15 janvier dernier. Le guide distingue les établissements ayant un très bon rapport qualité-prix, à savoir un menu jusqu'à 32€ en province et jusqu'à 36€ à Paris. Cette année, 655 restaurants se voient récompensés. Ce sont d'abord les nouveaux promus qui ont été dévoilés. Dans l'ex Languedoc-Roussillon, il y a 5 nouveaux promus : la Bartavelle à Argelès-sur-mer, Le Cèdre à Port-vendres, la Table d'Aimé (photo) à Rivesaltes, l'Arbequina à Thuir et le restaurant de France à Mende. Soir quatre restaurants des Pyrénées-Orientales sur cinq. Il y a désormais dans ce périmètre, 34 restaurants titulaires de ce Bib Gourmand. Problème : l'an passé il y en avait 37. C'est ainsi que perdent leur Bib La table du Curé à Cucugnan, l'Auberge côté Jardin à Conilhac-Corbières, Tantine et Tonton à Limoux, le Petit Comptoir à Narbonne, la Table des cuisiniers cavistes à Narbonne, les Ecluses à Salelles d'Aude, Les Antiquaires à Perpignan, l'Auberge des Voutins à Méjannes-les-Alès, l'auberge du presbytère à Vailhan. Il faut cependant attendre la sortie du guide Michelin pour comprendre vraiment : l'an passé le Mia à Montpellier s'était ainsi retrouvé exclu des Bib... pour se retrouver avec une étoile au guide rouge !
Voici la liste complète des Bib Gourmand 2016 : Le Bistrot d'Hervé (Agde 34), La Bartavelle (Argelès-sur-Mer 66), le Faitout (Berlou 34), la table du Chateau (Bizanet 11), Le Terminus (Cruzy 34), L'adonis (Florac 48), La Lozérette (Cocurès 48), La Chaumière (Font-Romeu 66), La Maison (Gaujac 30), L'instant du Sud (Générac 30), l'Auberge de Combes (Combes 34), Côté Saisons (Laroque-des-Albères 66), 35 B (Leucate 11), Restaurant de France (Mende 48), La Safranière (Mende 48), Prouhèze Saveurs (Montpellier 34), L'Artichaut (Montpellier 34), Aux Plaisirs des Halles (Nîmes 30), Tendances Lisita (Nîmes 30), Le St-Georges (Palavas 34), Le Garriane (Perpignan 66), L'Entre Pots (Pézenas 34), Le Pré St-Jean (Pézenas 34), Le Cèdre (Port-Vendres 66), Le Bellevue (Prats de Mollo 66), le relais de Sceaury (Rasiguères 66), La Table d'Aimé (Rivesaltes 66), La Table de cuisine (Saint-André 66), Le Rocher Blanc (St Chely d'Apcher 48), L'Harmonie (Sérignan 34), Paris Méditerranée (Sète 34), Le Petit bistrot (Sète 34), Arbequina (Thuir 66), L'Odyssée (Villefranche-de-Conflent 66).

OKTable d'Aimé (66) - copie 2.jpg

Didier Thomas-Radux

04/01/2016

Gilles Goujon dans le Top 10 des meilleures tables de la planète

Meilleur Ouvrier de France, Meilleur chef en 2010, triplé étoilé… le chef de l’Auberge de Fontjoncouse Gilles Goujon (photo), a l’habitude des éloges et distinctions. Il faut dire que le tonitruant chef cuisinier audois, réputé entre autres, pour son fameux œuf pourri à la truffe, ne ménage ni ses efforts ni sa créativité. Mais se retrouver 9ème du classement des 1000 meilleures tables du monde organisé par « La Liste » et dévoilé le 17 décembre 2015 par le président d’Atout France, ca fait plaisir. D’autant que le chef quinquagénaire se retrouve entre autres, entouré de Guy Savoy (4e), Troisgros (8e), Can Roca (6e). «C'est incroyable, c'est formidable, ça récompense aussi le travail d'une équipe et je peux vous dire qu’en apprenant cette nouvelle, nous avions tous les yeux un peu humide» expliquait à la presse régionale Gilles Goujon. «C'est un classement sérieux, ce n'est pas celui organisé par une eau minérale», précisait-il. Gilles Goujon s'est installé à Fontjoncouse il y a 24 ans et s'est hissé par le talent de sa cuisine sur le toit du monde. Mais d’autres chefs cuisiniers du Sud de la France figurent en bonne place dans cette nouvelle liste. C’est le cas du restaurant Bras à Laguiole en Aveyron de Sébastien Bras (3 étoiles Michelin) qui se trouve à la 48ème place, du restaurant Alexandre de Michel Kayser à Garons dans le Gard (2 étoiles Michelin) à la 109ème place, du Parc à Carcassonne dans l’Aude de Franck Putelat (2 étoiles Michelin) à la 165ème place, de Michel Sarran à Toulouse en Haute-Garonne à la 303ème place (2 étoiles Michelin), du Jardin des Sens des frères Jacques et Laurent Pourcel à Montpellier à la 393ème place (1 étoile Michelin) et encore de l’auberge de Saint-Crescent à Narbonne dans l’Aude où le chef Lionel Giraud s’affiche à la 407ème place et Fabien Lefebvre à Béziers (1 étoile Michelin) 463ème avec son restaurant l'Octopus.
L'idée de ce nouveau palmarès mondial, établi par «La liste» - disponible sur le site www.laliste.com/fr - est née en réponse à l'influence croissante du controversé classement britannique des «World's 50 Best Restaurants», souvent décrié pour ses méthodes jugées opaques et clientélistes et où les chefs français étaient régulièrement absents de son top 10. "La Liste" a l’ambition de proposer une grille de lecture objective, transparente et internationale. Elle ne bénéficie d’aucun argent public afin d’en garantir l’indépendance et repose sur l’expérience des chefs eux-mêmes, qui ont été appelés à évaluer confidentiellement les guides de leur pays (300000 sondés sur internet). La méthodologie a consisté à effectuer une moyenne pondérée des données de 200 guides dans 100 pays, en y incluant les sites participatifs d’avis en ligne. 'La Liste' distingue ainsi des restaurants sur les cinq continents. Le Japon arrive en tête avec 127 restaurants, avant la France (118), les États-Unis (101), la Chine (69) et l’Espagne (52). Avec ce "classement de Paris", la France confirme sa place au cœur de la scène gastronomique internationale. www.laliste.com
Didier Thomas-Radux. (Photo DR)

 

gilles-goujon.jpg

 

10/12/2015

Vincoeur et Saveurs au Domaine d'O

La manifestation Hérault du Vin devient « Vincoeur et saveurs en Hérault » et s’installe les 11 et 12 décembre 2015 au Domaine d’O, dans le théâtre Jean-Claude Carrière. L’occasion de découvrir les vins de l’ensemble du terroir héraultais, mais aussi de goûter les produits frais des producteurs et d’aller à la rencontre de ces toques blanches, dont l’ambition, est d’allier vins et saveurs de l’Hérault. Attention, manifestions 100% héraultaise ! Le saviez-vous ? Dans l’Hérault, nous produisons du vin et bien sûr du Pélardon, ce fameux fromage au lait cru de chèvre, mais aussi des pommes, du safran, des fruits secs, des truffes, des coquillages, des escargots, du miel, des olives… « Nous avons tendance à oublier tout ce que l’on a chez nous et faire parfois venir ces produits de loin ! » déplore Jérôme Billod-Morel, Président des Toques blanches international club. Pas étonnant donc de voir cette association de chef partenaire du 1er marché Vincoeurs et saveurs en Hérault porté par le conseil départemental. Au total, huit organismes professionnels ont répondu à l’appel du département pour valoriser le terroir. « Il n’est pas question ici de valoriser l’institution, rappelle Kleber Mesquida, Président du Conseil Départemental de l’Hérault, mais bien de montrer que nous avons de bons produits, des producteurs d’excellence, des savoir-faire…Notre rôle est de favoriser les circuits courts et de permettre aux Héraultais de découvrir les produits de chez eux ». Durant cet évènement, 33 producteurs, 116 cuvées de vins présentés par les viticulteurs ainsi que des artisans de bouche et chefs proposeront diverses démonstrations, ateliers et dégustations. Avec une entrée libre et gratuite, les visiteurs pourront alors manger sur place des assiettes fermières « préparées sur place par les producteurs » comme le précise Céline Michelon, Vice-Présidente de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, vendues 5€ et boire des vins à 2€ le verre « de l’ensemble des IGP du territoire héraultais, souligne René Moreno, Président des IGP de L’Hérault qui s’empresse d’ajouter, avec modération bien sûr ! ». Sur le principe du marché, les badauds auront également la possibilité d’acheter vins et produits du terroir, le tout à prix producteur. La manifestation sera ponctuée par l’intervention de groupes de musique. Coût total de l’investissement pour le département : 30 000€ pour une mise en lumière des produits de l’Hérault à quelques jours des fêtes de fin d’année. CP
Vendredi 11 décembre : de 19h à minuit, entrée gratuite. Animé par les White Chocolate Drops
Samedi 12 décembre : de 10h à 19h, entrée gratuite. Animé par le groupe Tana & the Pocket Philharmonic

Capture d’écran 2015-12-10 à 22.13.47.png

14/10/2015

Quand la virtuosité culinaire fait alliance avec l'audace

"Je suis extrêmement content. Cela va nous booster pour commercialiser au plus tôt la Barre de Castel". Jean-Jacques Paraire, le chef des cuisines du lycée Pierre Paul Riquet à Castelnaudary, qui concourait avec les glaces Audeline et Les Trésors de Juliane pour leur biscuit glacé à base de lait de brebis (photo 1), ne cachait pas sa joie lundi 12 octobre en apprenant que son équipe avait gagné le 1er prix de l'innovation décerné à l'occasion de la quatrième Rencontre Innovante des Talents Culinaires organisée par Languedoc-Roussillon Industries Agroalimentaires (LRIA). Le chef Michel Kayser, en duo avec Saint-Mamet (photo 2)pour sa tartelette de poires aux agrumes et caillé des Cévennes et ex-aequo était tout aussi satisfait. Tout comme Julie Piot responsable développement et recherche de la Maison Raymond et le chef Serge Chenet. Leur lotte et sa rillette safranée aux herbes potagères et huile vierge a remporté haut la main le prix du public, appelé à voter. Outre les saveurs, cette rillette sera très prochainement commercialisée parmi les produits tartinables de la marque Raymond.
Car c'est bien là la vocation de cette manifestation organisée par LRIA tous les deux ans. Ayant vocation à faire travailler ensemble restaurateurs de renom, professionnels de l'agroalimentaire et producteurs, la Rencontre Innovante vise à créer de nouveaux plats ou préparation culinaires qui peuvent avoir un débouché commercial. Les onze équipes présentes cette année* n'ont pas manqué d'audace et d'imagination devant la centaine de personnes réunies au mas Merlet à Nîmes. DTR

*Franck Séguret avec Apimab et Sales producteur / Charles Fontès avec Medithau Marée / Laurent Lemal avec Florette Food Service et Cofruid'Oc / Oscar Garcia avec Senfas et Flore en thym / Serge Chenet avec Maison Raymond et Eugène Benoit / Jorge Borgès avec le Fedou / Ijima MAsashi avec Alterbio et Michel Rebujent / Franck Putelat avec la Compagnie des desserts et SCV Castelmaure / Jérôme Nutile avec Cofruid'Oc et Jean Nougaillac / Jean-Jacques Paraire avec glaces Audeline et le Trésor de Juliane / Michel Kayser avec St-Mamet et Jacques Rozière.

_7504233.jpg

2_7504240.jpg

1_7504206.jpg

_7503968.jpg

_7503921.jpg

_7503997.jpg

_7504041.jpg

_7504043.jpg

_7504068.jpg

_7504083.jpg

_7504107.jpg

_7503974.jpg

_7503994.jpg

_7504100.jpg

18/09/2015

Midi Gourmand automne 2015 en kiosques !

A la une du numéro automnal de Midi Gourmand : un dossier sur ces produits insolites qui sont la richesse du Sud, avec un zoom sur Jean-Paul Varo pêcheur de violets, Ludovic Verbal chasseur de tellines, Xavier Benezech pêcheur d’oursins etc. Le tout mis en recettes par des chefs du Sud-Ouest qui ont un faible pour les produits de la Méditerranée. A lire également, un reportage sur la filière porcine haut de gamme mise en place dans le Gard avec le Baron des Cévennes, le retour de la grenade, fruit longtemps cultivé dans le Sud, un reportage sur les halles de Moissac en Tarn-et-Garonne et un portrait de Guilhem Dejeany, qui produit à Pézenas des tomates hors normes à près de 15€ le kilo. A lire également, le pari fou de Carole Delbreil qui veut produit de l’huile d’olive dans le Quercy, jusque-là région connue surtout pour son huile de noix ! Côté cuisiniers, le magazine présente la recette pas à pas du montalbanais Jean-François Pech et un mini-portrait de Masashi lijima installé à Collioure. Enfin Midi Gourmand présente le programme complet de Toques & Toqués, qui sera le 26 septembre prochain la plus grande manifestation gastronomique organisée à Montpellier depuis plus de 10 ans. A retrouver enfin, toutes les chroniques habituelles avec la rubrique sur la cuisine santé du Dr Laurent Chevallier qui traite des noisettes, la sélection de restaurants de Toulouse à Nîmes, les produits de saison, les escapades etc. Soit 128 pages sur les saveurs et les savoir-faire du grand Sud !

 

29/07/2015

La manifestation 'Palais Gourmand' aura bien lieu en 2016 à Perpignan !

On pensait que les problèmes de fusion des CCI, obligées de réduire drastiquement leurs budgets, allaient sonner le glas des actions menées par les chambres de commerce en soutien aux manifestations gastronomiques et touristiques. Certes, les temps sont durs et les CCI de Montpellier, Béziers et Sète ont ainsi mis fin voilà quelques mois au label "Qualité Hérault" alors même que celui-ci était en période de renouvellement de ses abonnés... A Perpignan, le désengagement de la CCI faisait planer une vraie menace sur la manifestation "Palais Gourmand" organisée tous les deux ans par l'association des Toques Blanches du Roussillon et regroupant 40 chefs qui servent 52 000 verrines pour 2500 personnes. "La CCI de Perpignan ne peut plus nous soutenir financièrement mais nous avons décidé de maintenir la manifestation sous une forme un peu différente, avec toujours l'aide de la chambre consulaire pour la communication. Il y aura bien une 8ème édition de Palais Gourmand, le dimanche 3 avril à Perpignan", confie Jean Plouzennec, le président des Toques Blanches du Roussillon. Une bonne nouvelle pour les amateurs de bonne chère et pour cette association très active, qui participera également d'ici là  le 26 septembre à la manifestation Tocques et Toqués organisée à Montpellier par l'association héraultaise Cl'Hub Chefs d'Oc et au salon Saveurs de Perpignan des 28 et 29 novembre. Didier Thomas-Radux

Tocques et Toquées, samedi 26 septembre 2015 à Montpellier.
Palais Gourmand, dimanche 3 avril 2016 à Perpignan

Palais Gourmand - copie.jpg

24/06/2015

Lot Of Saveurs : 3 jours pour sublimer le terroir lotois

 

Lot Of Saveurs, avant-gardiste sur bien des points, est désormais inscrit dans une programmation internationale. Cahors, au cœur de la vallée du Lot héberge du 3 au 5 juillet la sixième édition de ce festival dédié à la gastronomie à portée de paniers des producteurs. Les lotois et les touristes attendent avec impatience l’ouverture des réservations pour le banquet du 3 juillet et la soirée gastronomique des chefs des « Bonnes Tables du Lot » du 5 juillet. Dès le premier jour, les ventes sont prises d’assaut. Isabelle Marrou, directrice artistique du festival reçoit chaque année les doléances des déçus. « Les gens m’interpellent dans la rue pour connaître la date, surtout s’ils n’ont pas pu avoir de place l’an dernier. Du coup, cette année, certaines brasseries cadurciennes jouent le jeu en proposant le même menu que le banquet à prix proche ». Prévue le samedi 5 juillet, il semble difficile de participer à cette fête qui accueille jusqu’à 2000 personnes. Un succès pas seulement dû au label ‘Grande Tablée’ attribué en 2014 par le Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt. Mais Lot Of Saveurs c’est aussi : un festival de chefs qui dévoilent leur art dans l’assiette, un marché gourmand, le ciné plein air, des cours de cuisine, le salon du blog culinaire, des tables rondes, le championnat de France de cuisine amateur, une brocante des arts de la table plutôt tendance ou encore un été de saveurs dans les villages du Lot. Les producteurs disposent d’un espace dédié aux beaux produits du Lot comme le melon du Quercy, emblème de cette sixième édition. Par ailleurs, le festival, parrainé cette année par le chroniqueur Jean-Luc Petitrenaud et avec la participation de Quentin et Noémie (ex-Topchef) plonge dans l’actualité internationale grâce au partenariat avec le festival International de la Photographie Culinaire (FICP) qui s’arrête à Paris, puis Cahors et enfin à Milan à l’occasion de l’exposition Universelle. Une expo dont le thème cette année se rapproche de l’alimentation : « Nourissons la planète, énergie pour la vie ». Notons enfin une façon originale de répondre à une problématique d’actualité : suite à une demande de Pierre Sanner, directeur de la mission française culture et patrimoine alimentaire de l’Unesco, les organisateurs ont imaginé un travail en amont avec les quartiers. Une belle idée défendue par Isabelle Marrou. « L’objectif de l’observatoire de la gastronomie française est de travailler autour de la politique de la ville avec les communautés qui y vivent. Maeva Barrière, plasticienne du goût, travaille depuis plusieurs mois avec les réseaux d’entraide et d’insertion, les espaces sociaux et citoyens des quartiers de Cahors pour mettre en scène le buffet d’inauguration ».Dominique Malvy

 

Lot Of Saveurs, du 3 au 5 juillet à Cahors. Marché gourmand le 3, championnat de cuisine amateur et banquet le 4, pique-nique des chefs et soirée gastronomique le 5 etc.
Rens : 05 65 53 20 65. www.lotofsaveurs.fr

Capture d’écran 2015-06-24 à 11.55.19.png

 

02/06/2015

Can Roca, meilleur restaurant du monde ?

Publiée depuis 2002 par William Reed Business Media à partir des votes du 'Diners Club World's 50 Best restaurants Academy', le classement mondial des restaurants révélé le 1er juin fait déjà polémique, certains (comme Joël Robuchon) s'étant ému de la faible assise des votants : environ 1000 personnes. Après le Noma à Copenhague, ce sont donc les frères Rocca avec "El Celler de Can Roca" à Gérone qui sont consacrés. Derrières les espagnols, on trouve en seconde place l'italien Massimo Bottura de l'osteria Francescana. Le premier français - Mauro Colagreco du Mirazur à Menton - est onzième. Le chefs tricolores ne sont que cinq dans ce classement et Alain Ducasse ne se trouve qu'en 47ème position. Les Etats-Unis ont de leur côté six restaurants, l'Asie sept. A lire, la liste complète de "The world's 50 best restaurants 2015".DTR

World'sbest restaurants.jpg

22/05/2015

Des Jeunes restaurateurs d’Europe réunis à Juvignac

jeune restaurateurs d'europe,ducos,juvignac,gastronomie

Lundi 18 mai dernier, quelques membres de l’association des Jeunes Restaurateurs d’Europe s’étaient donnés rendez-vous à Juvignac, dans le restaurant de Brice Ducos. Pour l’occasion, les chefs se sont lancés dans une « Jump session », autrement dit, une session d’improvisation culinaire. Sur place, des cuisiniers français bien sûr comme Ivan Gotfredsen (Domaine de Chatelard, Angoulême), Guillaume Veyssiere (La Ruelle, Angoulême) ou Brice Ducos (Ducos Restaurant, Juvignac), mais aussi espagnols avec Javier Sala, chef du « Café 1907 » à Barcelone. Des professionnels de la cuisine, tous membres de l’association des Jeune Restaurateur d’Europe, qui se sont réunis pour échanger sur leur savoirs faires, leurs ambitions et entretenir l’esprit familial qui règne sur cette association depuis plus de 40 ans. Soutenus par des partenaires de taille : Nespresso, Pommery, S.Pellegrino, Toques d’Azur ou encore Grand Marnier (siège français de l’association), ce sont prêt de 330 chefs dont 185 étoilés qui adhèrent à la grande famille des jeunes restaurateurs. En France, l’association prévoit trois « Jump session » par an durant lesquelles les chefs échangent et tirent profit des différentes cultures culinaires. Une grande famille rythmée par une seule passion : la gastronomie.

21/05/2015

Des Foodtrucks dans les vignes !

Si depuis quelques années, les foodtrucks - ces camions cantine de rue très répandus à New York - ont fait leur apparition à Paris, Lille, Lyon ou Bordeaux, le phénomène reste encore très modeste dans le Sud. A Montpellier, c'est notamment  l'impossibilité pour ces engins de stationner dans le centre piéton qui les a exilé sur les parkings des grandes entreprises du Millénaire ou des multiplexes. Pour le lundi de Pentecôte, le superbe domaine viticole du Mas Rouge aux Aresquiers, entre Vic-la-Gardiole et Frontignan, créé l'évènement gastronomique en organisant "Les Food Truck dans les Vignes".
Quinze foodtrucks de Montpellier seront présents sur le domaine de 11 à 15h ! On pourra ainsi déguster des burgers, des hot dogs, du risotto, des tartines, des brochettes, des produits bio et aussi des saveurs asiatiques. Un rassemblement qui est une première dans la région. A noter aussi l'organisation d'une chasse au trésor pour les enfants à partir de 14h, la création d'un espace pétanque et même la tenue de 3 concerts durant cette après-midi. What else ? DTR

Les Foodtruck dans les vignes, lundi 25 mai à partir de 11h. Domaine du Mas Rouge, 30 chemin de la poule d'eau. Vic-la-Gardiole. Rens : 04 67 51 66 85. Entrée libre. Parking.

11263052_941103179285050_639345487461557927_n.jpg

06/04/2015

Le 3 étoiles Gilles Goujon signe la carte de la Voile Bleue

C'est une première dans le cercle très fermé des triples étoilés : Gilles Goujon, le chef de l'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse (Aude), va signer la carte de la plage privée "La Voile Bleue" à la Grande-Motte (Hérault) pour la saison 2015. C'est la première fois que le chef audois associe son nom à un autre établissement.Depuis déjà quelques années, les frères Pourcel (1 étoile au guide Michelin) gèrent avec succès avec la famille Teissier le restaurant de plage "Carré Mer" à Villeneuve-lez-Maguelonne. Mais les jumeaux sont depuis plus de 15 ans habitués à pousser hors les murs leurs activités et à s'associer pour des projets précis. Gilles Goujon, lui, n'avait jamais pour sa part franchit ce pas : si le triple étoilé effectue des missions de consulting pour des établissements depuis plusieurs années, c'est sans y adjoindre son nom. Et c'est un peu par hasard que le chef s'est retrouvé à collaborer avec la plage dirigée par Joël Ortiz. "Nous avons un ami commun, qui est Régis Puccini, le propriétaire du domaine viticole du Mas des Armes. En septembre dernier nous avons passé une soirée à la Voile Bleue, avec nos épouses. C'était une super soirée, où Régis m'a présenté Joël et l'idée a vite germé de faire quelque chose ensemble. Faire un bistrot de plage, je trouvais ça intéressant", confie Gilles Goujon. Le chef de Fontjoncouse est donc venu avec son sous-chef et son second rencontrer l'équipe de la Voile Bleue et former le personnel de cuisine, tandis que la carte a été conçue de A à Z à Fontjoncouse. "Nous sommes en pleine période de mise en place de cette carte avant l'ouverture dans quelques jours de la plage. On va revenir dans quelques jours et on essaiera d'être là au moins 2 lundi par mois au début. Le temps que l'équipe maitrise les changements en cuisine et aussi faire évoluer le service de salle car j'aime bien qu'il y ait une petite sauce qui soit mise en note finale devant le client", explique le chef. La Voile Bleue va donc ouvrir avec une carte revisitée et comportant un texte d'introduction sur la rencontre entre des hommes et les produits de Gilles Goujon. La Voile Bleue va ouvrir avec une première carte de transition, avant la mise au point - en cours - des plats signature qui seront proposés au plus fort de la saison. La paillote de la Grande-Motte sera ainsi la seule plage de France à proposer une carte de restaurant élaborée par un chef trois étoiles. Didier Thomas-Radux

P.65 G.GOUJON - copie 2.jpg

 

26/03/2015

Un nouvel hôtel-resto haut de gamme à Montpellier ?

Six candidats ont déposé un dossier de reprise de l'ancien Hôtel de Ville situé sur la superbe place de la Canourgue à Montpellier, révèle aujourd'hui Midi Libre. L'enjeu : transformer ce bâtiment classé qui fut la mairie puis le conseil des Prud'hommes, en un lieu de prestige. La comune, propriétaire du bâtiment, souhaite en effet faire revivre - et se débarrasser - de cet encombrant patrimoine extrêmement bien situé. Un premier projet de reprise par un investisseur ayant eu quelque peu la folie des grandeurs avait capoté voilà peu. Six dossiers ont donc été déposés pour la reprise de ce bâtiment - anciennement hôtel Richer de Belleval - en très mauvais état : Eric Demon (qui avait déjà tenté de monter un projet dans les lieux) cette fois-ci associé à Dominique Renucci, les frères Pourcel et leur associé Olivier Chateau avec le promoteur immobilier Helenis pour y transférer le Jardin des Sens qui fermera le 1er janvier 2016, la société Histoire & Patrimoine (groupe Altarea Cogedim), la société Buildinvest, la SCI Guérin-Guilhem. Et petite surprise, le chef étoilé montpelliérain de la Réserve Rimbaud Charles Fontès, qui depuis quelques années réflechissait à la création d'un second établissement en coeur de ville plutôt de type brasserie, en association avec le promoteur Villages d'or et Jean Vila (ex Dominium).
Six projets, dont trois prévoient de transformer les lieux en résidence de standing et trois qui espèrent en faire un hôtel-restaurant de prestige. La mairie de Montpellier doit se prononcer d'ici septembre 2015. Sur le papier, tout cela est fort excitant. Cela suffira-t-il à faire des miracles ? Car le problème, les problèmes en fait, sont assez simples : dans une période de crise est-il raisonnable d'envisager de créer un hôtel haut de gamme alors que les derniers établissement 4 étoiles créés à Montpellier ont du mal à se remplir ? Ou alors il faut peu de chambres, mais le site de La Canourgue est plutôt vaste, que faire du reste ? Autre problème : l'accès. Comment faire arriver les clients avec leurs valises jusqu'à la porte du bâtiment en voiture ? En rouvrant à la circulation privée l'accès de la place ? On voit déjà la réaction possible des riverains... Et concernant un restaurant haut de gamme de type étoilé, y-a-t-il actuellement le marché ? L'ajout d'une brasserie semble fondamental pour espérer rentabiliser et créer un lieu dynamique. Car en matière d'hostellerie-restauration, le monde attire le monde. Et l'inverse est aussi vrai. Autant de questions cruciales dans un projet chiffré au bas mot à 10 millions d'euros. Didier Thomas-Radux (Photo : Midi Libre - J.M Mart)

Montpellier La Canourgue-ML-JM Mart - copie 2.jpg

17/03/2015

9 chefs de la région cuisinent pour Good France

Première édition de 'Good/Goût de France', ce jeudi 19 mars 2015 : neuf restaurateurs de la région Languedoc Roussilon participent à cette manifestation initiée par le chef Alain Ducasse et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et qui va faire participer plus d'un millier de chefs dans le monde.
Du bistrot aux grandes tables, de Banyuls à Nîmes en passant par Montpellier, le plaisir est le mot d'ordre. Ces cuisiniers invitent donc le public à venir partager un repas respectueux des valeurs tricolores, c'est-à-dire convivialité, partage et plaisir. Dans chaque restaurant, le menu “Good France” rend hommage à une cuisine vivante, ouverte et innovante mais fidèle au patrimoine. La cuisine française, c'est l'art de recevoir, de proposer les meilleurs produits d'origine et d'appellation de nos terroir, savoir montrer la qualité de nos établissement par la qualité de notre cuisine que nous avons appris dans les plus grandes maisons françaises", confie Pascal Borrell, du Fanal à Banyuls. “Il nous paraissait important dans le contexte actuel de participer à cette mise en avant de la cuisine française qui permet à chacun de valoriser son savoir faire mais aussi et surtout son terroir et les producteurs locaux”, ajoute Nicolas Deroche, d'Uzès. Les chefs du Languedoc Roussillon comme Alexandre Klimenko (Leucate) proposent des dîners « à la française » sur un même fil conducteur : apéritif, entrée chaude et froide, viande, poisson, fromages et un dessert autour du chocolat. Les menus des chefs se distinguent par des plats audacieux ayant comme objectif une cuisine assainie de sel, sucre et gras . Les frères Pourcel (Montpellier) offrent ainsi un menu au Jardin des Sens avec homard, bœuf, foie gras et loup. Pascal Borrell (photo), autre étoilé Michelin à Banyuls, participe avec simplicité et élégance valorisant sa région et ses produits grâce à des oursins du Cap Cerbère ou encore du safran des Aspres. FR

 

Neuf restaurants en Languedoc Roussillon :

 

 • Le Fanal, Pascal Borrell (Banyuls, 66)

 

Robert Rodriguez (Carcassonne, 11)

 

Klim & Ko, Alexandre Klimenko (Leucate, 11)

 

Le Jardin des Sens, Les frères Pourcel (Montpellier, 34)

 

Le Bistr’Au, Jérôme Nutile (Nîmes, 30)

 

L’Artémise, Nicolas Deroche (Uzès, 30)

 

Hôtel Restaurant Chez Maurice, Yann Defrance (Pontd'Hérault, 30)

 

Le Castellas, Stéphane Mazières (Collias, 30)

 

Chez Camillou, Cyril Attrazik (Aumont-Aubrac, 48)

BANUYLS Le Fanal.jpg

 

17/12/2014

Midi Gourmand fête "en famille" son dernier numéro

Ils étaient prêt de 200 lundi 15 décembre à Nîmes, pour fêter la sortie de l'édition hivernale du magazine des saveurs du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. 200 invités venus découvrir à la fois le magazine, mais aussi la brasserie flambant neuve 'Bistr'AU' ouverte près du parc Georges Besse chemin bas du mas de Boudan par Jérôme Nutile, ancien chef 2 étoiles à Collias et qui revient donc dans la ville où il a fait son école hôtelière. Car après la brasserie, qui révolutionne le paysage gastronomique de la ville avec un rapport qualité-prix remarquable, le chef ouvrira son restaurant gastronomique début mars 2015.
Lundi soir, de nombreux chefs étaient venus à l'invitation de Midi Gourmand chez leur confrère, et pas des moindres : Laurent Pourcel (Le Jardin des Sens, Montpellier), Lionel Giraud (La Table de Saint-Crescent, Narbonne), Serge et Maxime Chenet (Entre vigne et garrigue, Pujaut), Oscar Garcia (La Table d'Uzès, Uzès) ,Michel Kayser (Restaurant Alexandre-Michel Kayser, Garons), Vincent Croizard (Croizard, Nîmes), Pascal Sanchez (Mia, Montpellier), Paul Courteaux (Le Saint-Georges, Palavas), Marc Schwall (La Table des cuisiniers cavistes, Narbonne), Jacques Mazerand (le Mazerand, Lattes) etc. Corinne Giacometti, conseillère régionale et présidente de Sud de France Développement, s'est félicitée de la qualité de la soirée et du magazine, qui est distribué pour son numéro d'hiver avec le magazine touristique hivernal du Languedoc-Roussillon tandis que Mary Bourgade, adjointe au maire de Nîmes déléguée au tourisme, a apprécié la capacité du magazine à fédérer les acteurs de la restauration régionale, tandis que la députée du Gard Françoise Dumas, a insisté sur l'importance de la gastronomie et du tourisme dans l'économie locale. Une belle soirée conviviale qui a permis de mettre sous les feux des projecteurs ces artisans qui sont le meilleur emblème de la région en présence de nombreuses personnalités dont Thierry Procida, représentant de Nîmes Métropole, Sophie Rigon, Gérard Cabiron, Jacqueline Bach, Antoine Cotillon directeur de la SAT, Valérie Escojido, Philippe Berto directeur du comité régional du tourisme, Hélène Genetet de la CCI d'Alès, Fabienne Griffoul directrice du CDT du Gard, Michel Guyonnet, Michel Labro ancien directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, Alain Plombat, ancien président du groupe Midi Libre, Ahmed Mesli, Christophe Musset PDG de TV Sud, Joëlle Mouton de la Chambre de Métiers du Gard, Tristan Cuche du Petit Futé, Sophie Pellegrin-Ponsolle de Sud de France Développement, Coralie Pierre du Journal des 500, Thierry Trenel co-président des halles de Nîmes, Pierre Thoniel du cabinet du président de la région etc. (Photos : Christophe Aubry)

Un remerciement tout particulier à Patrick Chabrier des vins Chabrier et Luc Baudet du Mas Neuf pour leurs superbes vins.

La brasserie de Jérôme Nutile est située 351 chemin bas du Mas de Boudan à Nîmes. Tél : 04 66 40 60 75 - www.jerome-nutile.com

1 IMG_1010.jpg

2-DSCF4508.jpg

3-IMG_1054.jpg

4 IMG_0913.jpg

5 IMG_0941.jpg

6 IMG_0979.jpg

8 IMG_1175.jpg

9 IMG_1157.jpg

10 IMG_1185.jpg

11 IMG_1107.jpg

12 .jpg

13 IMG_0871.jpg

14 IMG_0932.jpg

16 IMG_1039.jpg

15 IMG_0886.jpg

17 IMG_1122.jpg

18 IMG_1020.jpg

19 IMG_1084.jpg

20 IMG_1045.jpg

21 IMG_1199.jpg

22 IMG_1017.jpg

23 IMG_0998.jpg

24 IMG_0946.jpg

25 IMG_1016.jpg

 

27 IMG_1101.jpg

29 IMG_1203.jpg

30 IMG_1214.jpg

31 DSCF4518.jpg

35 IMG_1173.jpg

36 IMG_1141.jpg

37 IMG_1132.jpg

 

07/12/2014

Midi Gourmand : un numéro spécial pour Noël

En kiosque dès le jeudi 11 décembre, le nouveau numéro de Midi Gourmand vous réserve de belles surprises. A l'occasion des fêtes de fin d'année, le pâtissier des halles de Sète Arnaud Dejean propose la recette pas à pas de sa bûche griotte-amande-pistache, tandis que les chefs étoilés Michel Kayser et Lionel Giraud confient leur passion de la truffe et dévoilent de formidables recettes.
A découvrir aussi, la recette de la bûche tout en chocolat de Laurent Carratié, chocolatier à Béziers, les pigeons du Tarn de Lionel Monneret ainsi que ceux des Costières, la nouvelle table étoilée de Pascal Borell à Banyuls, l'élevage d'esturgeons de Pierre Tachon dans le Gers, les déclinaisons à base de violette d'Hélène Vié à Toulouse, le dernier moulin à farine de Montpellier, les arts de la table vus par le fleuriste Pascal Silvestri, etc. A découvrir aussi, les cours de crèpes et cakes pour enfants de Cook-shop à Pézenas, les volailles de la maison Coucourus à Béziers, les "cook box" spécial réveillon.
Enfin pour la bonne bouche, un reportage sur l'ouverture de la brasserie du chef étoilé Jérôme Nutile à Nîmes et un dossier spécial "recettes câlines et coquines" avec une douzaine de recettes aussi surprenantes les unes que les autres. Sans oublier les rubriques habituelles comme les nouveautés en librairie, les restaurants à découvrir, les gites à visiter. Et comme Noël, ce n'est qu'une fois par an, Midi Gourmand vous offre un deuxième magazine de 48 pages : le guide hiver Sud de France, recensant toutes les activités hivernales du Languedoc-Roussillon et passant en revue les stations de ski des Pyrénées catalanes, des Cévennes, de l'Aubrac et de la Margeride !
Midi Gourmand n°17 (avec le supplément Sud de France), en kiosque à partir du 11 décembre, 4,50€

UNE MG N°17.jpg

UNE SDF Hiver 2014.jpg

20/11/2014

Des toqués au Miam !

Samedi 22 novembre au Miam à Alès, Midi Gourmand invite 4 des 5 membres fondateurs de la toute jeune association "Gard aux Chefs" à venir parler de leur passion et de leurs ambitions durant le salon, de 12 à 14h. Discussions, questions du public, dégustations... Un moment à ne pas manquer !

 

Autopromo Chefs Gard - copie.jpg

24/09/2014

Midi Gourmand se penche sur les femmes chefs

Pour son numéro de rentrée qui sera en kiosques dès vendredi 26 septembre, Midi Gourmand s’est penché sur ces femmes qui oeuvrent en cuisine. Peu souvent mises en lumière (il n’y a en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon que deux femmes étoilées), nous avons décidé d’aller à leur rencontre, de connaître leur parcours, souvent atypique. Ce sont ainsi 47 portraits de femmes chefs qui sont proposés, avec des recettes de leur cru, dans un dossier spécial.
Le magazine est allé également à la rencontre des étaliers des halles de Carcassonne, déguster la confiture d’oignons du Domaine de Bordère, rencontrer Grégory Philip, jardinier aux mains d’or récemment installé en Cévennes qui cultive feuilles et fleurs rares pour les grands restaurateurs, interroger Christophe Mazières, le nouveau chef du Castellas dans le Gard.
Midi Gourmand ne manque pas de parler de l’actualité automnale, avec de nouvelles pages sur les produits de saison, des reportages sur les cèpes, une recette pas à pas à base de morue et de poudre de cèpe. A noter également, de belles escapades dans le Quercy et à Carcassonne. Et bien sûr, l’interview décontractée de Daniel Cohn-Bendit dans sa maison de Lauret dans l’Hérault.

 

 

UNE Capture d’écran MG 16.png