Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/06/2013

Une truffe qui a du flair

 

2013-06-17_13.21.29.jpg

C'est le début de la récolte de la truffe d'été, ou tuber aestivum. Cette année, auront lieu les deux premières foires qui lui sont dédiées, le 29 juin à Roullens et le 21 juillet à Cabrespine dans l'Aude. La truffe d'été se vend entre 150 et 200 euros le kilo et va faire des ravages…

http://languedoc-roussillon.france3.fr/2013/06/17/la-truf...


14/05/2013

Nouveau : "Toques et Toqués" le 8 juin à Montpellier

Séance de "shooting" lundi 6 mai pour les chefs-cuisiniers montpelliérains de l'association Cl'Hub chef d'Oc. Il s'agissait de mettre en boite la photo de groupe et des plats concoctés par les membres de cette association. Car samedi 8 juin prochain place du marché aux fleurs de 11 à 15h, se tiendra la première édition de "Toques et Toqués", une manifesttaion qui vise à faire découvrir la gastronomie locale et le savoir-faire des chefs.  Chacun des neufs chefs de la jeune association* a donc élaboré un plat (sucré ou salé) qui est proposé en verrine à 2€. Il y a également les vins des Coteaux du Languedoc (3€ le premier verre , 2€ ensuite pour le remplir). Ce qui fait que pour 18€, on pourra goûter ce qui se fait de mieux en cuisine à Montpellier !

* Les membres sont : Romain Salamone, Sensation - Lattes, Pierre-Olivier Prouhèze, Prouhèze Saveurs - Montpellier, Jacques et Laurent Pourcel, Le Jardin des Sens - Montpellier, Jacques Mazerand, Le Mazerand - Lattes, Matthieu de Lauzun, De Lauzun - Gignac, Frédéric Husser, Husser Traiteur - Montpellier, Charles Fontès, La Réserve Rimbaud - Montpellier, Patrick Guiltat, Le Castel Ronceray - Montpellier, Eric Cellier, Cellier et Morel - Montpellier

 

DSCF1355-OK.JPG

DSCF1361.JPG

DSCF1353.JPG

P.8 mousse .jpg

DSCF1364.JPG

Les Pourcel s'invitent au petit déj' à Park & Suites

park & suites,pourcel,restauration,breakfast gourmand

Dès demain, les résidents des établissements Park & Suites ( 27 établissements hoteliers en France) pourront déguster des petits-déjeuners signés par les chefs montpelliérains Jacques et Laurent Pourcel. Soucieux de proposer un petit déjeuner équilibré et recherché à sa clientèle, Park & Suites a fait appel aux deux jumeaux étoilés du Jardin des Sens pour élaborer un buffet aux saveurs bio originales et avec des produits frais de qualité. La prestation est déployée sur l'ensemble des établissements 3 et 4 étoiles. Buffet sucré et buffet salé, les 4 étoiles proposent des plus, notamment une touche asiatique apportée par une sélection de Dim Sum vapeur végétarien et crevette, et bien plus encore.

Buffet entre 12 et 15 € pour les 3 étoiles et entre 14 et 18 € pour les 4 étoiles. www.parkandsuites.com

Mathilde Pépin

03/03/2013

Boris consacré par les guides

Tout roule pour Boris et Leticia Leclercq, heureux propriétaires de deux brasseries à Montpellier, qui viennent de monter  un établissement à Paris. Quelques mois après l'ouverture (voir notre article : http://www.midigourmand.com/archive/2012/10/25/boris-mont...), "Chez Boris Saint-Honoré" est déjà consacré par le guide GaultMillau :: http://www.gaultmillau.fr/restaurant/ile-de-france/paris-...

Respect !

 

 

18/02/2013

Guide Michelin : hébétude à Béziers, espoir à Carcassonne

Patrick Olry perd son étoile
Coup dur pour la gastronomie bitteroise : Patrick Olry, le chef du restaurant L'Ambassade, vient de perdre son étoile dans l'édition 2013 du Guide Michelin, qui sort aujourd'hui. Ouvert en 1989, l'Ambassade (étoilée depuis 2007) est une table phare de Béziers et du département de l'Hérault, d'autant que Patrick Olry est également le dynamique président des "Tables gourmandes du Languedoc" qui organisent dans les fééries culinaires dans les arènes de Béziers.

Olry.jpg


Les étoiles rendues dans les PO confirmées
Dans les Pyrénées Orientales, le guide rouge prend acte des abandons de leurs étoiles voilà plusieurs mois de Pascal Borrel à Maury et de Bart Thoelen à Laroque des Albères (Les Palmiers)

A Carcassonne, l'étoile de tous les espoirs
Enfin dans l'Aude, c'est Michel Del Burgo qui reçoit une étoile pour son restaurant ouvert en 2011 dans les locaux de l'hotel de luxe 111. Paradoxe : le 111 a été placé en redressement judiciaire en décembre dernier et le restaurant souffre de ce sdifficultés économiques. Une étoile au Michelin n'aura jamais crée autant d'espoir que pour ce chef venu de chez Robuchon, et qui joue là sa survie !

Didier Thomas-Radux (Photo : Marc Dantan)

20/12/2012

« Un rendez-vous autour d’une table, c’est un rendez-vous important »

Le comédien Patrick Timsit vit une partie de l’année aux portes d’Uzès, dans un petit village - dont nous tairons le nom, par respect pour sa tranquillité - qu’il a découvert il y a plus de 20 ans. Il est tombé amoureux des vieilles pierres, des « cœurs énormes », comme il dit, qu’il y a rencontrés, et de la nature alentour. Dans un petit mazet d’abord, puis dans une belle et grande maison, il se sent désormais chez lui, lui le petit déraciné quittant l’Algérie à deux ans : « Ici, je me suis inventé des racines ».

Interview : Arnaud Boucomont - Photographie : Samuel Duplaix. L'intégralité à lire dans Midi Gourmand Hiver 2012-13.

Quel est votre premier souvenir de goût ?
Quand je partais à l’école et que ma grand-mère préparait déjà le repas du soir. J’essayais de piquer quelques trucs et ma grand-mère faisait semblant de crier. Les carottes au cumin, le couscous... Les petites boulettes de viande qui commencent à rissoler. Quand ça vous arrive dans le nez, avec la vapeur du couscous, c’est agréable, coloré. C’est comme des fleurs.
Les goûts, ce sont aussi des images. Vous en avez une particulière en tête : celle de pots de confiture laissés sur votre table par votre voisine...

Oui, c’est un art de vivre, un trésor, quelque chose que j’ai rencontré dans le petit village de l’Uzège où j’habite. Quand j’y suis arrivé (en 1990, Ndlr), on dormait les portes ouvertes. J’ai horreur du “C’était mieux avant”, mais c’est vrai que c’était formidable. Ce n’était pas rare que ma voisine d’en face me laisse des confitures d’abricot, de figue, de prune, qu'elle venait déposer discrètement au petit matin.
Je me souviens aussi d’une autre voisine, Nicole, qui m’avait fait manger une cuisse de poulet fermier avec une belle salade du jardin. J’ai signé l’achat de ma petite maison, à l’époque, sur un coin de table de sa salle à manger. Nicole, une autre fois, était allée chercher des lavandes, elle en avait inondé ma table. Je me souviens de ma petite pièce, qui faisait à la fois cuisine, salle à manger et salon... Avec cette lavande qui embaumait toute la pièce. Je revois aussi la fois où je suis allé visiter le village de Lecques, dans le Gard, avec des enfants d’amis. Je voulais leur montrer l’arbre aux poules. Au lieu d’y avoir des fruits, il y a des poules qui sautent, qui en descendent. Je suis reparti avec des tomates données par les deux fermiers, qui m'avaient dit “Tu vas goûter des tomates”.
Les gens s’occupent bien de moi. En ce moment je suis à Paris, mais en bas, Véronique a cueilli des champignons et elle a prévu ma part. Il y a aussi Lolotte et ses fromages de chèvre. La chèvrerie, c’est la halte indispensable : les enfants se font pincer les fesses ou les couches par les chevreaux. On repart avec des fromages. On a des images en même temps que le goût dans le palais.
Vous avez fait connaître ses pélardons à travers le monde...
Oui, j'en ai amené à Tahiti, ça a fait une photo choc avec les tatouages maoris, quand j’étais en tournage pour “Le prince du Pacifique” (d’Alain Corneau, avec Thierry Lhermitte, Ndlr). Il y a des gens super, aussi, du côté de Saint-Laurent-la-Vernède, toujours dans le Gard. C’est le domaine Natura. Vous allez cueillir vos fruits sur les arbres, ou vous les leur achetez. Ils font également du vin. Ils tiennent le coup, contre vents et marées.
Vous êtes un habitué du marché d’Uzès ?

J’y vais très tôt ou très tard. Même si on dit que c’est très touristique, il y a quand même de très bons produits. J’ai mes adresses. Je vais chercher mes olives, au stand accolé à la fontaine.
Vous pourriez pourtant avoir vos propres olives, puisque vous vous êtes associé à une bande de copains dans votre village pour faire de l’huile...

Cette année, ça a gelé en février et en mars. Ça fait deux ans qu’on est sans olive. Beaucoup d’oliviers ont gelé dans le Gard. J’ai découvert les plaisirs de l’agriculture. Ça a été une année sans olive, mais une année à fruits. Et puis de toute façon, c'est magique quand on a quelque chose, parce que nos arbres sont jeunes. Ils doivent se faire au terrain. On les a pris jeunes parce qu’ils ont plus de mal si on les plante vieux. On est sur le rocher. On les arrose les premières années mais pas après... Il faut qu’ils apprennent à ne pas devenir feignants, sinon ils ne vont pas chercher leur eau et faire leurs racines. C’est une région très dure. Il fait très chaud l’été, froid l’hiver, avec du vent qui accentue le froid. On a eu -14° en mars !

Les repas entre amis, quel sens ça a pour vous ?
Un rendez-vous autour d’une table, c’est un rendez-vous important. Que chacun amène quelque chose ou que j’aie préparé un repas, peu importe la formule. Je fais ça souvent le dimanche soir.
Pourquoi ce jour-là ?
C’est un rendez-vous qui m’apaise. Je n’aime pas le dimanche soir. Je l’ai fait hier. J’ai rendez-vous dimanche prochain. Ça me rassure énormément. Un rendez-vous d’amitié, c’est souvent un rendez-vous culinaire. On peut faire ça aussi pendant un peu plus longtemps : l’an dernier, j’avais invité des amis pendant quatre ou cinq jours, pour manger des truffes. L’an dernier, j’ai été parrain du marché de la truffe d’Uzès, pour soutenir l’action de Michel Tournayre, qui se bat.
La nourriture est présente dans quelques-uns de vos films. A commencer par “La crise”, de Coline Serreau, dans lequel vous vous goinfrez...
Manger, à l’image, c’est quelque chose de terrible ! Les scènes de sexe ou de cœur, c’est compliqué, mais manger c’est encore plus dur. On fait ça toute la journée. Et comme j’aime bien le maximum de vérité à l’écran, je ne fais pas semblant de manger. Je note les scènes à l’avance. Je regarde si on peut avoir des choses pas très grasses, pas trop crémeuses.
Qu’avez-vous retenu, au niveau de l’alimentation, de votre passage en Terre inconnue, l’émission de France 2 pour laquelle vous plongiez dans la vie des Mentawaï, en Indonésie ?

Il n’était pas question de boire de l’eau de la rivière ou de manger le cochon bouilli dans cette eau-là. Il ne faut pas avoir de complication, c’est ennuyeux d’être malade là-bas, même si on avait un médecin urgentiste. Une personne nous faisait à manger du riz, des poulets... C’est ce qu’on peut manger partout dans le monde. On le grille bien, et tout va bien.
Vous êtes plutôt salé ou sucré ?
Plutôt salé... Et sucré quand j’ai des crises. Quand je suis très sucré, c’est que mon cœur réclame. Et il en réclame en quantité !
Etes-vous bio ?
Je n’en fais pas une référence totale, notamment en vin ou en fromage. Pour la bouche, c’est une garantie très rassurante, même si je vais plutôt regarder la région ou le boucher.
Etes-vous bon cuisinier ?
Non. J’ai toujours été complexé. J’ai des amis qui cuisinent à ma place. J’ai trop le trac. Quand je dois faire deux œufs, je tremble. Pire... une omelette ! Je cuisine quand je suis seul... Des pâtes.

Timsit. Phot Samuel Duplaix.jpeg



 

 

14/12/2012

30 recettes de chefs dans le nouveau Midi Gourmand

 

 

En kiosque depuis vendredi 14 décembre, le numéro hiver 2012-13 de Midi Gourmand réserve une belle surprise : le magazine propose 30 recettes de fêtes élaborées par les 30 chefs étoilés de Languedoc-Roussillon et d'une partie de Midi-Pyrénées*.

De Sébastien Bras, 3 étoiles à Laguiole à  Gilles Goujon, 3 étoiles à Fontjoncouse, en passant par Lionel Giraud, 1 étoile à Narbonne, Frédéric Bacquié, 1 étoile à Collioure ou encore Charles Fontès, 1 étoile à Montpellier, ce sont donc les 30 chefs référencés au guide Michelin de la région et totalisant 37 étoiles au guide rouge, qui ont accepté d’offrir une recette aux lecteurs de Midi Gourmand allant des « nouilles de céleri, champignons du massif et jus à l’huile de truffe »  au « râble de lièvre rôti, cannelloni de cuisses en civet aux pommes du Vigan et confit de coings à la fève tonka ».

Le magazine propose bien sûr ses rubriques habituelles comme la recette pas à pas (le pavé de merlu de lige au lard du Bistrot 17 à Perpignan), l’escapade (au cœur de l’hôtel HP33 en Arles), un dossier sur la truffe entre le Lot, l’Aude et le Gard, la saga du macaron de la famille Cabiron, la sélection de 32 restaurants à découvrir entre Toulouse et la Camargue, l’interview épicurienne (Patrick Timsit, installé dans le Gard) ainsi qu’une visite au cœur des halles couvertes de Toulouse.

En vente en kiosque ou sur internet (www.midilibre.fr), Midi Gourmand est désormais disponible dans le Tarn, le Lot, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne.

COUV MG9 Midi LIbre - copie.jpg

Les 30 chefs sont : Cyril Attrazic, "Chez Camillou" à Aumont-Aubrac, Frédéric Bacquié, "La Balette" à Collioure, Jean-Marc Boyer, "Le Puits du Trésor" à Lastours, Sébastien Bras, "Bras" à Laguiole, Hervé Busset, "Le moulin de Cambelong" à Conques, Serge Chenet, "Entre vigne et garrigue" à Pujaut, Christophe Comes, "La Galinette" à Perpignan, Philippe Ducos, "Domaine d'Auriac" à Carcassonne, David Enjalran, "L'esprit du vin" à Albi, Fabien Fage, "Le prieuré" à Villeneuve-lès-Avignon, Nicole Fagegaltier, "Le vieux pont" à Belcastel, Jean-Luc Fau, "Goûts et couleurs" à Rodez, Charles Fontès, "La réserve Rimbaud" à Montpellier, Fabien Galibert, "La Bergerie" à Aragon, Gérald Garcia, "Chateau la Pomarède" à La Pomarède, Lionel Giraud, "La table de Saint-Crescent" à Narbonne, Gilles Goujon, "L'auberge du vieux puits" à Fontjoncouse, Michel Kayser, "Restaurant Alexandre" à Nîmes-Garons, Matthieu de Lauzun, "De Lauzun" à Gignac, Fabien Lefebvre, "Octopus" à Béziers, Anne Majourel, "La coquerie" à Sète, Daniel Minet, "L'ambrosia" à Pézens, Jérôme Nutile, "Le Castellas" à Collias, Patrick Olry, "L'ambassade" à Béziers, Jacques et Laurent Pourcel, "Le jardin des sens" à Montpellier, Franck Putelat, "Le parc" à Carcassonne, Jérôme Ryon, "La barbacane" à Carcassonne, Simon Scott, "Bistrot saveurs" à Castres, Michel Truchon, "Le sénéchal" à Sauveterre de Rouergue.

 

11/12/2012

De la fourchette aux spatules : les spots de l'hiver

En attendant le prochain Midi Gourmand (en kiosque le 14 décembre prochain avec quelques surprises...), précipitez-vous sur le nouveau hors-série Midi Tourisme Hiver 2012-2013 ! Le magazine consacre 48 pages aux stations neige du Languedoc-Roussillon et aux activités touristiques - et gastronomiques - hivernales. Midi Tourisme est ainsi le seul guide à proposer une présentation détaillée des stations de skis des pyrénées catalanes et audoises et des Cévennes, station par station. En kiosque, 2,70€.

 

Midi Tourisme, ski, Hiver, Languedoc-Roussillon

10/12/2012

Mobilisation à Sète pour le Bocuse d'Or

C'est en janvier prochain que se déroulera à Lyon la finale du Bocuse d'Or, le "championnat du monde" des chefs cuisiniers. Dans cette perspective, et pour soutenir le candidat français Thibaut Ruggeri, les élèves du Lycée des métiers Charles de Gaulle de Sète, ont décidé de mouiller le tablier ! Vendredi 14 décembre, ils organisent ainsi un repas de gala au sein de leur établissement. Dès 13h, ils installeront les tables et commenceront à cuisiner. A 19h45, quand les premiers clients seront servis, ils organiseront le tirage d'une tomobola et l'argent récolté sera reversé à l'Académie française des Bocuse d'Or, pour contribuer à l'entrainement du candidat tricolore. Ce sont les professeurs qui ont motivé leurs élèves, en leurd onannt un aperçu de la grande cuisine française. "Grâce à ces évènements, les apprentis ont travaillé leur français, leur pratique profesisonnelle et leur expression orale" se satisfont MM Hamonet et Carlier. Maintenant, reste à soutenir le candidat français Thibaut Ruggeri jusqu'à la compétition !

A suivre sur www.facebook.com/pages/Team-France-Bocuse-dOr

BOC_Europe_2012_Academy_FR_BW-DEF_web.png

05/12/2012

Têtes de cuvées en Faugères

Après une année consacrée à la célébration des 30 ans du classement en AOC de l'appelation, les vins de Faugères ont décidé de finir en beauté en organisant, du 7 au 15 décembre, une dégustation de leurs plus belles cuvées sous la mention "Grand terroir de schiste". Chez les cavistes, dans les restaurants, les bars à vins, les grands magasins de la région, le syndicat de l'AOC Faugères organise diverses animations orientées autour de dégustations. A Lamalou comme à Béziers, à Portiragnes comme à Montpellier, ce sont une bonne centaine d'animations qui sont ainsi proposées. La liste complète est à consulter sur le site http://www.faugeres.com/

 

faugères,schistes

 

02/12/2012

Balade oeno-culinaire à l'Arjolle

"Ecarquillez vos pupilles, émoustillez vos papilles !", tel est le leitmotiv de la balade "Entre vignes et chai" organisée samedi 8 décembre autour du domaine de l'Arjolle, à Pouzolles dans l'Hérault. Sur un parcours de 3 kilomètres, des artisans culinaires font découvrir leurs spécialités, accompagnées des cuvées du domaine de l'Arjolle. Les départs se font par groupes, échelonnés entre 10 et 14h.

Samedi 8 décembre, à partir de 10h. Tarif : 40€, panier enfant -12 ans : 10€. Tél : 04 67 24 81 18

Arjolle Vignette site.jpg.jpg

28/11/2012

Les vins du Languedoc à l'assaut des bars

Si les opérations de promotion des vins de la région à Paris existent depuis quelques années, c'est la première fois que les bars à vins du Languedoc-Roussillon sont associés à "Happy Languedoc". Du 1er au 15 décembre, 200 bars à vins parisiens et 50 établissements de Montpellier, Béziers ou Narbonne, participent à cette opération de promotion organisée par le CIVL, le conseil général de l'Hérault, la Région ainsi que Sud de France et Hérault Tourisme. Outre la traditionelle PLV (publicité sur le lieu de vente) et une sensibilisation des clients aux vins de la réion, l'opération prévoit un volet oenotouristique qui invite les consommateurs de vins du Languedoc à venir découvrir la région. Par ailleurs l'opération propose un volet réseaux sociaux avec une page Facebook et un système de QR codes sur les sets de table distribués dans les bars. Tchin !

photo.jpg

27/11/2012

Nuit des bulles à Limoux

La première "Nuit des bulles de Noël" était néée en 2009, de la volonté commune des restaurateurs, des cafetiers de Limoux et de la maison Antech réputée pour ses vins effervescents, d'animer la ville dans une période de l'année calme en évènements. Désormais durant une nuit entière, la cité de Limoux fait la fête aux accents de toutes les musiques du monde, portée par les bulles festives de la maison Antech,tandis que la blanquette de Limoux, le crémant et la méthode ancestrale sont au centre de la soirée. Une soirée hors du temps.

Samedi 1er décembre à Limoux, à partir de 19h. www.nuitdesbullesdenoelantech.com

 

limoux,nuit des bulles,antech

24/11/2012

Après-midi truffe au pont du Gard

Président régional du syndicat des trufficulteurs, Michel Tournayre propose une animation/conférence atelier autour de la truffe samedi 1er décembre. Pas de docte débat agronomique, mais une approche sociologique et environnementale pour comprendre les raisons du déclin du "tuber mélanosporum" dans l'Hexagone. retrouver le savoir-faire des anciens et développer les connaissances grâce au travail des trufficulteurs sur le terrain, est le principal défi des passionnés pour relancer une production dont la demande reste supérieure à l'offre.

La conférence se tiendra de 15 à 16h, tandis qu'un atelier pratique invitant les participants à la recherche du "diamant noir" dans l'espace "Mémoires de garrigues" est organisé au pied du pont du Gard. Réservation indispensable. Gratuit. Pont du Gard, samedi 1er décembre, de 15 à 17h. Tél : 04 66 37 50 99

Michel Tournayre.jpg

22/11/2012

Les Maîtres cuisiniers pour la Croix-Rouge (2)

C’est la cinquième année que de grands noms de la cuisine s’investissent au profit de la Croix-Rouge. Après la soirée de Montpellier le 21 novembre dernier, c’est à Nîmes qu’est organisée une soirée au bénéfice de l’association qui a sans cesse besoin de fonds pour des actions ponctuelles ou simplement racheter du matériel obsolète. Autour de Michel Kayser, chef 2 étoiles au Michelin avec son restaurant « Alexandre » à Nîmes-Garons et membre éminent de la confrérie des Maîtres Cuisiniers de France à l’origine de l’action, se sont rassemblés quelques-unes des meilleures fines lames de la restauration languedocienne. Serge Chenet d’« Entre vigne et garrigues », Claude Lambert de « La Tonnelle » aux Angles, Michel Receveur (président national des Disciples d’Escoffier) et quelques autres pour un diner d’exception. Autant de bonnes raisons de faire une bonne action.

Diner de gala Croix-Rouge à Nîmes – Hôtel Vatel, 140 rue Vatel, jeudi 29 novembre à partir de 19h. Les inscriptions sont ouvertes auprès de la Croix-Rouge. Tél. : 04 66 62 57 57 - Mail : réception@hotelvatel.com

affiche Nimes V2.jpg


 

 

 

 

26/10/2012

Boris montre les dents à Paris

 

Boris Paris 2.jpg

Après ses deux établissements « Chez Boris » ouverts depuis 2006 à Montpellier, Boris Leclercq, l’aventurier du bœuf (voir Midi Gourmand n°8), s’est lancé à l’assaut de la capitale. Depuis le 26 septembre dernier, Boris a ainsi pris ses quartiers rue du Faubourg Saint-Honoré, à Paris dans le VIIIème arrondissement. Un rêve. Celui de trouver le lieu d’épanouissement pour exercer sa passion: le métier de bistrotier. Et le patron a cette façon bien à lui de le proposer en s’aventurant dans l’intégration verticale complète de la chaîne de consommation du bœuf. En effet, Chez Boris St-Honoré devient à la fois la tête de pont symbole d'une nouvelle aventure et un lieu unique qui propose du boeuf de son propre élevage, ... qu'il découpe dans son propre atelier et dont il amène les plus beaux morceaux de viande à maturation pour le plus grand plaisir !  Quand on rentre dans le bistrot de la rue du Faubourg Saint-Honoré, on est accueilli par le fumet des viandes mijotées ou simplement saisies à la minute. Ça fleure bon l’hospitalité du Sud et on est vite pris de l’envie d’un petit verre de vin pour se mettre au diapason avec le lieu et s’ouvrir l’appétit. Le cadre convivial invite à la  dégustation des plats, des hors-d’œuvre et des desserts maison. D’ailleurs les premiers critiques parisiens insistent, bluffés, sur la gentillesse des serveurs et la qualité des viandes, avec un faible pour le hamburger 100% Aubrac !

 

 

Chez Boris Saint-Honoré, 129 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8. Tél : 01 43 59 35 39.

 

Boris Paris 1.jpg


 

25/10/2012

Les Maîtres Cuisiniers sortent le grand jeu pour la Croix-Rouge

Cx Rouge2012.jpg

Pour la cinquième année consécutive, de grands noms de la gastronomie hexagonale, tous membres de la confrérie des Maîtres Cuisiniers de France, acceptent de mettre leur talent au service d’une institution reconnue pour ses actions, la Croix-Rouge. Près de 2500 convives sont attendus à l’occasion de 10 grandes soirées de gala de bienfaisance, dont une partie dans la région puisque Montpellier, Nîmes et Perpignan sont concernés aux côtés de Rennes, Lyon, Marseille, Aix les Bains etc. L’intégralité des fonds - 200€ le diner (permettant en grande partie une déduction fiscale) - servira à la création d’un Institut de formation paramédicale à Saint-Louis du Sénégal. En Languedoc-Roussillon, la première de ces soirées de prestige se déroulera dans la nouvelle salle des rencontres de la nouvelle mairie de Montpellier, le mercredi 21 novembre 2012. La crème des chefs ont été mobilisés, il suffit de voir : Jacques Mazerand du Mazerand (Lattes), Michel Alexandre du restaurant Alexandre (La Grande-Motte), Eric Cellier de La Maison de la Lozère (Montpellier), Patrick Guiltat du Castel Roncelet (Montpellier), Michel Loustau du Domaine de Soriech (Lattes), Anne Majourel de La Coquerie (Sète), Jacques et Laurent Pourcel du Jardin des Sens (Montpellier), Guy Prouhèze de Prouhèze Saveurs (Montpellier), Georges et Thierry Rousset de Les Muscardins (Saint-Martin-de-Londres). Au menu de cette soirée, des profiteroles de langoustines, un dos de loup en cuisson lente suivi d’un chevreuil rôti, coing confit à la fève de tonka, pommes en spirales d’aromates, béarnaise de betteraves ! Du sublime, dû à ces chefs et aux dizaines d’artisans, commerçants et fournisseurs qui ont tous répondu présent aux sollicitations des grands chefs en fournissant gracieusement les denrées et matériels nécessaires à la bonne réalisation de ces soirées.

Diner de gala Croix-Rouge à Montpellier, le 21 novembre à partir de 19h.

Les inscriptions sont ouvertes auprès de la Croix-Rouge. Tél. : 04 67 58 21 00 - Mail : dd34@croix-rouge.fr


 

Nouveau salon Epicuvin à Montpellier

epicuvin,flaugergues,salon des vins

 

Si l'association Epicuvin - le premier club de dégustation du Languedoc - a été crée voilà vingt ans, ce n'est que depuis 2009 qu'un salon des vins compte parmi les manifestations organisées. Samedi 17 et dimanche 18 novembre, la nouvelle édition d'Epicuvin se tient au château de Flaugergues à Montpellier. Le salon propose aux amateurs de bonne cuisine et de bons vins de découvrir des vignerons et producteurs de qualité, venus de toute la France. Une cinquantaine d'exposants - des champagnes Gosset au mas Daumas Gassac en passant par le consortium du Porc Noir de Bigorre - seront présents dans les dépendances du château, tandis que des ateliers du goût et des Master Class de cuisine permettront de se perfectionner.

Tarif : 7€. Samedi de 10 à 21h, dimanche de 10 à 18h. Rens : www.epicuvin.com

11/10/2012

12ème salon du Livre Gourmand à Périgueux

Du 16 au 17 novembre 2012, Périgueux vivra au rythme du 12ème salon international du Livre Gourmand. Le Périgord mijotera un programme sur le thème des voyages gourmands et met le pays basque à l'honneur.Durant ce salon mêlant les nourritures terrestres et les nourritures spirituelles, le livre gourmand s'expose sous ses multiples facettes, que ce soient les ouvrages pratiques, les beaux livres de chefs réputés, les livres d'art ou les livres concepts qui se développent depuis quelques années. Le salon s'organise en trois mondes distincts : la grande librairie accueillant les auteurs, les libraires et revues spécialisées, le monde des saveurs déclinant les produits du Pays basques et du Périgord et enfin la salle du théâtre de l'Odyssée, mettant en scène le savoir-faire des chefs, dont cette année Michel Troisgros.Trois jours sous l'égide du bon goût !

périgueux,salon du livre gourmand,gastronomie

Programme détaillé sur :www.livre-gourmand.fr

10/10/2012

3ème édition de Nîmes Toquée

 

 

 

L’évènement Nîmes Toquée revient pour sa troisième édition le dimanche 25 novembre 2012. Le temps d’une journée, les œnophiles, armés de leur nécessaire à dégustation, découvriront Nîmes sous un jour nouveau. Au détour de haltes gastronomiques, les vignerons et négociants de l’AOC Costières de Nîmes proposeront une dégustation des vins de l’appellation dans des lieux atypiques ou emblématiques. 6 haltes gastronomiques préparées par de grands noms de la cuisine locale (Lisita, Wine Bar, Vincent Croizart, Plaisir des Halles, Imprévu) sont prévues au cœur des monuments emblématiques de la cité gardoise. À chaque étape, les vignerons de l’appellation proposeront aux participants de découvrir une sélection de leurs meilleures cuvées.

 

Départ de 11h00 à 14h00 - Nîmes (30)

58€ par personne

 


 

 

Infos : Vignerons des Costières de Nîmes - Tél. 04 66 36 96 20

www.costieres-nimes.org

 

08/10/2012

L'auberge de Combes se délocalise !

Pour la seconde année, l'auberge de Combes, célèbre table des hauts cantons de l'Hérault tenue par la famille Bonano et récemment décorée d'un Bib au Michelin, s'allie avec le domain d'Arjolle pour organiser un mercredi par mois, les "Mercredis Vins". Dans le chais de 900 barriques du Domaine de l'Arjolle, les cuisiniers proposent un menu en 7 mets composé de produits du terroir et de saison. Côté vins, ce sont bien sûr ceux du domaine, commentés par les vignerons eux-même ! Le tout saupoudré d'un groupe de musique décapant. Reprise des "Mercredis Vins" le 10 octobre à partir de 19h30.

Mercredis Vins, Domaine de l'Arjolle le 10 octobre 2012. 7 bis rue Fournier à Pouzolles. 30€ par personne. Réservation obligatoire : 04 67 24 81 18 ou par mail domaine@arjolle.com.

20/09/2012

Midi Gourmand 8 est en kiosque !

Revoilà le trimestriel des saveurs du Sud ! A la Une du numéro d'automne, une enquête sur le renouveau de la cuisine bistrot en Languedoc-Roussillon en passant par le "Wine Bar" à Nîmes, "Chez Boris" à Montpellier et le producteur de jambons Bernard Bonzom à Saillagouse en Cerdagne.

Egalement au menu, un dossier sur les cours de cuisine proposés par les chefs : de la Lozère aux Pyrénées-Orientales, ce sont ainsi une vingtaine de "leçons de piano" qui sont proposées sur des thèmes aussi variés que la cuisine des poissons, cuisiner les épices, les agrumes, les macarons etc.

Autre sujet d'actualité : le riz qui pousse en Petite Camargue au milieu de canards chargés de manger les herbes parasites, les figues qui font bientôt leur festival à Vézénobres, ou encore la seule vinaigrerie artisanale de France, installée près de Port-Vendres. Côté portraits de toqués, rendez-vous dans deux lieux nouveaux : le restaurant panoramique d'Alexandre Klimenko à Leucate et le cocon gourmand de Pascale Vende à Montpellier.

En guise de dessert, une escapade à la Métairie Montplaisir près de Carcassonne, et l'interview gourmande du journaliste Jean-Jacques Bourdin. A découvrir aussi, la nouvelle rubrique "Nutrition" du docteur Laurent Chevallier, sans oublier les rubriques habituelles et les bonnes adresses de restaurant, etc.

 

cours de cuisine,bistrot,jean-jacques bourdin,gatsronomie,figues,riz de camargue,midi gourmand

En kiosque en Languedoc-Roussillon ou sur midilibre.com, 3,90€. Bonne dégustation !

 

A voir et à manger à l'Insensé

Dans le cadre du festival Les Internationales de la Guitare, festival qui programme 28 grands concerts en région et 160 événements dans Montpellier et ses quartiers, le restaurant des frères Pourcel L’Insensé à Montpellier, sera partenaire des Internationales dans le cadre de "Montpellier se fait label".

Ce volet du festival est constitué de concerts gratuits dans seize quartiers de Montpellier qui se déroulent dans le temps du festival, du 29 septembre au 20 octobre 2012.  Certains lieux comme L’Insensé situé dans le centre-ville, proposent à cette occasion des dîners-concerts dont voici les dates : le samedi 29 septembre avec L'Jazz Trio, le samedi 6 octobre avec Dragonfly, le samedi 13 octobre avec le groupe de jazz D’jamazz chante Brassens et le samedi 20 octobre avec Los niños de la noche pour une soirée flamenco.

Réservations au 04.67.58.97.78

Internationales guitare.jpg


 

19/09/2012

Laguiole n'a pas le droit à son nom

 

Le village aveyronnais de Laguiole  a résolu de se débaptiser symboliquement pour dénoncer un jugement qui l'empêche de se réapproprier son nom et permet à un entrepreneur de s'en servir pour vendre des couteaux ou des barbecues fabriqués partout, sauf à Laguiole.Le maire démontera mercredi 19 septembre, le panneau qui signale l'entrée de la petite localité de l'Aubrac, qui a donné son nom au couteau mondialement connu.
"Puisque le nom ne nous appartient plus, on l'enlève", explique Vincent Alazard. Il a le soutien des grands noms de la commune de 1.300 habitants, comme les chefs triple étoilés Michel et Sébastien Bras, le coutelier La Forge de Laguiole et le fromager Coopérative Jeune Montagne. La commune de l'Aubrac est sous le choc depuis qu'elle a appris la semaine passée avoir perdu une nouvelle bataille contre Gilbert Szajner pour récupérer l'usage de son nom. Gilbert Szajner, un particulier du Val-de-Marne, a déposé en 1993 la marque Laguiole pour désigner non seulement de la coutellerie mais aussi du linge de maison, des vêtements, des briquets ou des barbecues. Contre redevance, il accorde des licences à des entreprises françaises et étrangères qui peuvent commercialiser sous ce nom des produits d'importation, de piètre qualité. La commune a demandé au tribunal de grande instance de Paris de prononcer la nullité des marques. Elle dénonce l'instrumentalisation du nom pour induire en erreur les consommateurs sur l'origine des produits. Privée de la possibilité d'utiliser son nom comme elle l'entend, elle accuse Gilbert Szajner de "parasitisme" économique.
Le tribunal a estimé lui que la notoriété du village n'est pas établie. S'il est connu, c'est plutôt par des couteaux dont le nom est devenu générique et qui ne sont pas fabriqués exclusivement sur son territoire. La commune n'est donc "pas fondée à invoquer une atteinte à son nom, à son image et à sa renommée".
Né au XIXe siècle, le couteau frappé d'une abeille a fait la renommée de Laguiole avant que la Première Guerre mondiale ne sonne le glas de l'activité. Après 1945, le couteau a été fabriqué à Thiers (Puy-de-Dôme), puis beaucoup plus loin, au Pakistan ou en Chine. Ce n'est que dans les années 1980 que la coutellerie est revenue à Laguiole sous l'impulsion d'élus du cru avec la création de La Forge, dans un bâtiment dessiné par Philippe Starck. Le conseil municipal spécialement réuni s'est dit favorable à un appel du jugement. Le maire a, lui, écrit au président François Hollande pour l'interpeller sur "une situation inique" où des "noms de villes ou villages peuvent devenir propriété de groupes industriels, de la grande distribution ou d'ailleurs, tant français qu'étrangers".
Les entrepreneurs locaux comme Thierry Moysset, gérant de la Forge de Laguiole, voudraient pouvoir se diversifier. "On ne veut pas s'approprier le mot Laguiole, on veut juste qu'on ne nous interdise pas d'utiliser le nom de notre village", dit le patron du premier coutelier du village. Il ne peut pas mettre le mot "Laguiole" sur le moulin à poivre qu'il veut fabriquer localement. "Sur ce moulin, je suis en contrefaçon. Je n'ai pas le droit d'écrire Forge de Laguiole. (Photo : W.Truffy)

FORGE DE LAGUIOLE070.JPG

12/09/2012

Les chefs montpelliérains montrent leur pomme

Première action collective officielle pour la nouvelle association "Cl'hub Chefs d'Oc", lundi 10 septembre. Eric Cellier le président (Maison de la Lozère), Pierre-Olivier Prouhèze ( Prouhèze saveurs), Romain Salamone (Sensation), Patrick Guiltat (Castel Ronceray), Matthieu de Lauzun (De Lauzun), Jacques Mazerand (Le Mazerand) se sont retrouvé - à l'exception des frères Pourcel, empêchés - chez Charles Fontès, à La Réserve Rimbaud. Il s'agissait pour les chefs, de proposer un déjeuner réalisé avec des pommes Reine des Reinettes Gourmande, produites par la coopérative héraultaise Cofruid'Oc Méditerranée.

"Rolls des pommes" selon les termes d'Eric Cellier, "polyvalente et jamais moyenne" pour Matthieu de Lauzun - qualificatifs qui  a ravi le directeur de Cofruid'Oc Méditerranée Didier Crabos - la Reine des Reinettes est une espèce produite et commercialisée d'aout à octobre en France et réputée pour sa saveur et son équilibre. Les chefs avaient donc concocté un menu à 14 mains avec "millefeuilles de rillettes de canard, pomme reinette, vinaigrette à la moutarde douce", "Saint jacques poêlées, céleri rave confit et pomme reinette, céleri branche et jus à la pomme", "Médaillon de lotte au curry, pomme reinette", "Côte de veau rôtie, pomme reinette et oignons doux, jus de veau aux condiments", "Pomme confite à la verveine fraîche".

"C'est un bonheur de cuisiner cette pomme, il y a tous les équilibres et il était logique que l'on défende une production locale", expliquait Charles Fontès. Les membres de Cl'hub Chefs d'Oc ont ainsi bien l'intention de devenir les amabassadeurs de leur cuisine et des produits du terroir qu'ils défendent !

SDC10516.JPG

SDC10514.JPG