Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2014

Les vins se la jouent nature à Souvignargues

Les 29 et 30 novembre 2014, plusieurs vignerons de Souvignargues et Villevieille organisent au château de Souvignargues dans le Gard, la 4ème édition de "Quilles de joie", le rendez-vous des vins naturels.

Les "Quilles de joie" rassemblent des vignerons soucieux de partager les mêmes valeurs autour du vin, mais aussi de la terre et des hommes. Seront ainsi présents le Mas de la Font Ronde, le mas Foulaquier, le mas de mon Père, Renaud Scarlata, Olivier Pithon, le mas Lau, Catherine Bernard, clos des Boutes et. Au total une douzaine de vignerons. Le programme 2014 continue de privilégier les temps de dégustations et d'échanges entre les visiteurs et les vignerons et propose également une séquence ludique avec un jeu de piste en plein coeur du terroir (à gagner: son poids en vin !). Des apéros musicaux et une soirée bar à vins avec la fanfare sont proposés, ainsi qu'un buffet gastro pour le déjeuner du dimanche.

Samedi 29 à partir de 16h jusqu'à tard, dimanche 30 de 11 à 19h. Entrée : 4€ - Château de Souvignargues. - Rens : 06 63 81 98 32 - 06 12 04 40 25

20/11/2014

Des toqués au Miam !

Samedi 22 novembre au Miam à Alès, Midi Gourmand invite 4 des 5 membres fondateurs de la toute jeune association "Gard aux Chefs" à venir parler de leur passion et de leurs ambitions durant le salon, de 12 à 14h. Discussions, questions du public, dégustations... Un moment à ne pas manquer !

 

Autopromo Chefs Gard - copie.jpg

19/11/2014

Les côtes du Rhône gardoises fêtent le primeur

Depuis 21 ans, la Balade du primeur, attire des dizaines de milliers de visiteurs dans les chais des vignerons associés à cet événement festif. Cette année, le rendez-vous est fixé le week-end des 22 et 23 novembre dans 17 caves, domaines et châteaux.
Organisée à Nîmes, une présentation de cette manifestation et une dégustation en primeur de quelques... primeurs a permis aux différents acteurs d'évoquer notamment son importance économique. « En 2013, ce sont 50.000 visiteurs qui sont venus profiter des différentes animations proposées, qu'elles soient gourmandes, artistiques voire sportives. Et ces gens que nous recevons ont acheté la bagatelle de 60.000 bouteilles en deux jours. Un volume important dont 20% seulement sont constitués de primeurs. Les vins de garde représentent donc 80% des achats effectués alors et attestent que cette manifestation est un atout essentiel de promotion », soulignait Alain David. Vigneron à Saint-Hilaire d'Ozilhan, il est également le président de la Balade du primeur.
Typicité retrouvée
Un vin nouveau dont Michel Hermet, président de l'Union de la sommellerie française, a souligné qu'il retrouvait cette année sa typicité de primeur. « Fruité, friand, il révèle des arômes de fruits rouges mais aussi de violette. Un vin auquel il faut donner une vraie chance au-delà des quelques jours où il fait l'actualité. Pour ma part, j'aime bien le retrouver quelques mois plus tard, autour de charcuterie mais aussi de plats comme la tête de veau, la daube de joue de bœuf ou bien encore le saucisson lyonnais aux lentilles du Puy. » Des primeurs bien nés dans des conditions météorologiques pourtant complexes cette année. « On semblait partis pour un millésime précoce et puis le mois de juillet a tout remis en cause et finalement nous avons récolté avec simplement une dizaine de jours d'avance, souligne Jean-François Assemat du Domaine Castel Oualou, à Roquemaure. Ensuite, il a fallu jongler entre les périodes de pluie qui ont marqué septembre et ne pas chercher à attendre la surmaturité. » Un vigneron qui signe un primeur a la robe beaucoup plus sombre que la majorité de ses confrères. Un assemblage de syrah,, grenache, cinsault et 10% de roussane.
Paris apprécie
En 2013, 2,5 millions de bouteilles de primeur avaient été mises sur le marché et le Gard représentait les 2/3 de la production. Si le marché est essentiellement régional, l'Ile de France avait tout de même absorbé 12 % des quantités mises en vente. Par ailleurs, entre 1.000 et 1.500 hectolitres trouveront place dans la grande distribution et chez les cavistes. Dans les côtes du Rhône, la récolte globale 2014 est en hausse avec des pointes à +30%. Ce qui devrait permettre de refaire du stock après deux millésimes aux volumes réduits. Programme complet sur www.labaladeduprimeur.com
Photo: Michel Hermet, le président de l'Union de la sommellerie française, aime laisser au primeur le temps de s'affirmer. (phot JB)

 

côtes du rhônes gardoises,michel hermet,balade du primeur,nîmes

 

 

 

 

09/11/2014

Set "oeno-musical" avec Paolo Fresu à St-André de Sangonis

Si les amateurs de jazz en ont la chair de poule, les amoureux des flacons et des belles victuailles en sont tout émus : le 22 novembre prochain, Jean-Yves Chaperon, animateur de l'émission "L'Heure du jazz" sur RTL et ci-devant néo-vigneron à Saint-André-de-Sangonis depusi 2006, organise dans son domaine héraultais "les chemins de Carabote" la quatrième édition de son mini-festival "Jazz à la Cave" en invitant rien de moins que le trompettiste Paolo Fresu. Passionné de jazz depuis sa petite enfance où il écoutait Miles David, Paolo Fresu est l'un des meilleurs jazzmen de ces deux dernières décennies, assimilant l'histoire de la trompette pour mieux la transcender. Né en Sardaigne, Paolo Fresu joue principalement en quintet - qui peut se transformer en sextet - et participe à bon nombre d'autres formations. Très concerné par la transmission du savoir (il donne beaucoup de cours et de masterclasses), il est aussi passionné de vin. La soirée aura donc lieu dans la cave des "chemins de Carabote" pour une conversation entre trompette et bariques, occasion superbe de baptiser le millésime 2014 ! DTR (Photo : R.Cifarelli)

Paolo Fresu à "Jazz à la cave", samedi 22 novembre 2014 à 19 et 21h. Domaine "Les chemins de Carabote", Saint-André de Sangonis. Tarif : 26€, avec dégustation des vins. Rens et réservation : 06 07 16 76 13 - contact@carabote.com

paolo fresu -30  (foto@ roberto cifarelli.jpg

 

07/11/2014

Laurent Lemal, finaliste du MOF

Laurent Lemal, le jeune chef étoilé de La Coopérative à Bélesta (Pyrénées-Orientales), serait selon le site cuisinerenligne.fr, le seul cuisinier du Languedoc-Roussillon à accéder en finale du prestigieux - et très difficile - concours pour accéder au titre de "l'un des meilleurs ouvriers de France" (MOF). Dans la catégorie cuisinier, ils étaient plus de 700 à postuler en France, chiffre ramené à 215 lors des demi-finale, dont 8 chefs du Languedoc-Roussillon. Parmi les 32 finalistes, il ne resterait donc que Laurent Lemal pour représenter la région. Agé de 34 ans, titulaire d'une étoile Michelin depuis le début de l'année, Laurent Lemal originaire du Nord, a fait ses classes chez Bruno Caironi (La Bastide de Capelongue), Michel Dussau (Moissac), Benoit Witz (L'abbaye de Celle) etc. Il est arrivé à Bélesta lors de l'ouverture de cette ancienne cave coopérative transformée en hôtel-restaurant en 2009 et a réussi en peu de temps à faire éclore sa cuisine. Pour l'instant, les seuls chefs MOF en région sont Gilles Goujon (Fontjoncouse), Fabien Lefebvre (Béziers), Jérôme Nutile (Nîmes) et Serge Chenet (Pujaut). La finale aura lieu en février 2015.
www.riberach.com
Didier Thomas-Radux (Photo : Aurélio Rodriguez)

lauren lemal- AR-.jpg