Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/12/2012

« Un rendez-vous autour d’une table, c’est un rendez-vous important »

Le comédien Patrick Timsit vit une partie de l’année aux portes d’Uzès, dans un petit village - dont nous tairons le nom, par respect pour sa tranquillité - qu’il a découvert il y a plus de 20 ans. Il est tombé amoureux des vieilles pierres, des « cœurs énormes », comme il dit, qu’il y a rencontrés, et de la nature alentour. Dans un petit mazet d’abord, puis dans une belle et grande maison, il se sent désormais chez lui, lui le petit déraciné quittant l’Algérie à deux ans : « Ici, je me suis inventé des racines ».

Interview : Arnaud Boucomont - Photographie : Samuel Duplaix. L'intégralité à lire dans Midi Gourmand Hiver 2012-13.

Quel est votre premier souvenir de goût ?
Quand je partais à l’école et que ma grand-mère préparait déjà le repas du soir. J’essayais de piquer quelques trucs et ma grand-mère faisait semblant de crier. Les carottes au cumin, le couscous... Les petites boulettes de viande qui commencent à rissoler. Quand ça vous arrive dans le nez, avec la vapeur du couscous, c’est agréable, coloré. C’est comme des fleurs.
Les goûts, ce sont aussi des images. Vous en avez une particulière en tête : celle de pots de confiture laissés sur votre table par votre voisine...

Oui, c’est un art de vivre, un trésor, quelque chose que j’ai rencontré dans le petit village de l’Uzège où j’habite. Quand j’y suis arrivé (en 1990, Ndlr), on dormait les portes ouvertes. J’ai horreur du “C’était mieux avant”, mais c’est vrai que c’était formidable. Ce n’était pas rare que ma voisine d’en face me laisse des confitures d’abricot, de figue, de prune, qu'elle venait déposer discrètement au petit matin.
Je me souviens aussi d’une autre voisine, Nicole, qui m’avait fait manger une cuisse de poulet fermier avec une belle salade du jardin. J’ai signé l’achat de ma petite maison, à l’époque, sur un coin de table de sa salle à manger. Nicole, une autre fois, était allée chercher des lavandes, elle en avait inondé ma table. Je me souviens de ma petite pièce, qui faisait à la fois cuisine, salle à manger et salon... Avec cette lavande qui embaumait toute la pièce. Je revois aussi la fois où je suis allé visiter le village de Lecques, dans le Gard, avec des enfants d’amis. Je voulais leur montrer l’arbre aux poules. Au lieu d’y avoir des fruits, il y a des poules qui sautent, qui en descendent. Je suis reparti avec des tomates données par les deux fermiers, qui m'avaient dit “Tu vas goûter des tomates”.
Les gens s’occupent bien de moi. En ce moment je suis à Paris, mais en bas, Véronique a cueilli des champignons et elle a prévu ma part. Il y a aussi Lolotte et ses fromages de chèvre. La chèvrerie, c’est la halte indispensable : les enfants se font pincer les fesses ou les couches par les chevreaux. On repart avec des fromages. On a des images en même temps que le goût dans le palais.
Vous avez fait connaître ses pélardons à travers le monde...
Oui, j'en ai amené à Tahiti, ça a fait une photo choc avec les tatouages maoris, quand j’étais en tournage pour “Le prince du Pacifique” (d’Alain Corneau, avec Thierry Lhermitte, Ndlr). Il y a des gens super, aussi, du côté de Saint-Laurent-la-Vernède, toujours dans le Gard. C’est le domaine Natura. Vous allez cueillir vos fruits sur les arbres, ou vous les leur achetez. Ils font également du vin. Ils tiennent le coup, contre vents et marées.
Vous êtes un habitué du marché d’Uzès ?

J’y vais très tôt ou très tard. Même si on dit que c’est très touristique, il y a quand même de très bons produits. J’ai mes adresses. Je vais chercher mes olives, au stand accolé à la fontaine.
Vous pourriez pourtant avoir vos propres olives, puisque vous vous êtes associé à une bande de copains dans votre village pour faire de l’huile...

Cette année, ça a gelé en février et en mars. Ça fait deux ans qu’on est sans olive. Beaucoup d’oliviers ont gelé dans le Gard. J’ai découvert les plaisirs de l’agriculture. Ça a été une année sans olive, mais une année à fruits. Et puis de toute façon, c'est magique quand on a quelque chose, parce que nos arbres sont jeunes. Ils doivent se faire au terrain. On les a pris jeunes parce qu’ils ont plus de mal si on les plante vieux. On est sur le rocher. On les arrose les premières années mais pas après... Il faut qu’ils apprennent à ne pas devenir feignants, sinon ils ne vont pas chercher leur eau et faire leurs racines. C’est une région très dure. Il fait très chaud l’été, froid l’hiver, avec du vent qui accentue le froid. On a eu -14° en mars !

Les repas entre amis, quel sens ça a pour vous ?
Un rendez-vous autour d’une table, c’est un rendez-vous important. Que chacun amène quelque chose ou que j’aie préparé un repas, peu importe la formule. Je fais ça souvent le dimanche soir.
Pourquoi ce jour-là ?
C’est un rendez-vous qui m’apaise. Je n’aime pas le dimanche soir. Je l’ai fait hier. J’ai rendez-vous dimanche prochain. Ça me rassure énormément. Un rendez-vous d’amitié, c’est souvent un rendez-vous culinaire. On peut faire ça aussi pendant un peu plus longtemps : l’an dernier, j’avais invité des amis pendant quatre ou cinq jours, pour manger des truffes. L’an dernier, j’ai été parrain du marché de la truffe d’Uzès, pour soutenir l’action de Michel Tournayre, qui se bat.
La nourriture est présente dans quelques-uns de vos films. A commencer par “La crise”, de Coline Serreau, dans lequel vous vous goinfrez...
Manger, à l’image, c’est quelque chose de terrible ! Les scènes de sexe ou de cœur, c’est compliqué, mais manger c’est encore plus dur. On fait ça toute la journée. Et comme j’aime bien le maximum de vérité à l’écran, je ne fais pas semblant de manger. Je note les scènes à l’avance. Je regarde si on peut avoir des choses pas très grasses, pas trop crémeuses.
Qu’avez-vous retenu, au niveau de l’alimentation, de votre passage en Terre inconnue, l’émission de France 2 pour laquelle vous plongiez dans la vie des Mentawaï, en Indonésie ?

Il n’était pas question de boire de l’eau de la rivière ou de manger le cochon bouilli dans cette eau-là. Il ne faut pas avoir de complication, c’est ennuyeux d’être malade là-bas, même si on avait un médecin urgentiste. Une personne nous faisait à manger du riz, des poulets... C’est ce qu’on peut manger partout dans le monde. On le grille bien, et tout va bien.
Vous êtes plutôt salé ou sucré ?
Plutôt salé... Et sucré quand j’ai des crises. Quand je suis très sucré, c’est que mon cœur réclame. Et il en réclame en quantité !
Etes-vous bio ?
Je n’en fais pas une référence totale, notamment en vin ou en fromage. Pour la bouche, c’est une garantie très rassurante, même si je vais plutôt regarder la région ou le boucher.
Etes-vous bon cuisinier ?
Non. J’ai toujours été complexé. J’ai des amis qui cuisinent à ma place. J’ai trop le trac. Quand je dois faire deux œufs, je tremble. Pire... une omelette ! Je cuisine quand je suis seul... Des pâtes.

Timsit. Phot Samuel Duplaix.jpeg



 

 

14/12/2012

30 recettes de chefs dans le nouveau Midi Gourmand

 

 

En kiosque depuis vendredi 14 décembre, le numéro hiver 2012-13 de Midi Gourmand réserve une belle surprise : le magazine propose 30 recettes de fêtes élaborées par les 30 chefs étoilés de Languedoc-Roussillon et d'une partie de Midi-Pyrénées*.

De Sébastien Bras, 3 étoiles à Laguiole à  Gilles Goujon, 3 étoiles à Fontjoncouse, en passant par Lionel Giraud, 1 étoile à Narbonne, Frédéric Bacquié, 1 étoile à Collioure ou encore Charles Fontès, 1 étoile à Montpellier, ce sont donc les 30 chefs référencés au guide Michelin de la région et totalisant 37 étoiles au guide rouge, qui ont accepté d’offrir une recette aux lecteurs de Midi Gourmand allant des « nouilles de céleri, champignons du massif et jus à l’huile de truffe »  au « râble de lièvre rôti, cannelloni de cuisses en civet aux pommes du Vigan et confit de coings à la fève tonka ».

Le magazine propose bien sûr ses rubriques habituelles comme la recette pas à pas (le pavé de merlu de lige au lard du Bistrot 17 à Perpignan), l’escapade (au cœur de l’hôtel HP33 en Arles), un dossier sur la truffe entre le Lot, l’Aude et le Gard, la saga du macaron de la famille Cabiron, la sélection de 32 restaurants à découvrir entre Toulouse et la Camargue, l’interview épicurienne (Patrick Timsit, installé dans le Gard) ainsi qu’une visite au cœur des halles couvertes de Toulouse.

En vente en kiosque ou sur internet (www.midilibre.fr), Midi Gourmand est désormais disponible dans le Tarn, le Lot, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne.

COUV MG9 Midi LIbre - copie.jpg

Les 30 chefs sont : Cyril Attrazic, "Chez Camillou" à Aumont-Aubrac, Frédéric Bacquié, "La Balette" à Collioure, Jean-Marc Boyer, "Le Puits du Trésor" à Lastours, Sébastien Bras, "Bras" à Laguiole, Hervé Busset, "Le moulin de Cambelong" à Conques, Serge Chenet, "Entre vigne et garrigue" à Pujaut, Christophe Comes, "La Galinette" à Perpignan, Philippe Ducos, "Domaine d'Auriac" à Carcassonne, David Enjalran, "L'esprit du vin" à Albi, Fabien Fage, "Le prieuré" à Villeneuve-lès-Avignon, Nicole Fagegaltier, "Le vieux pont" à Belcastel, Jean-Luc Fau, "Goûts et couleurs" à Rodez, Charles Fontès, "La réserve Rimbaud" à Montpellier, Fabien Galibert, "La Bergerie" à Aragon, Gérald Garcia, "Chateau la Pomarède" à La Pomarède, Lionel Giraud, "La table de Saint-Crescent" à Narbonne, Gilles Goujon, "L'auberge du vieux puits" à Fontjoncouse, Michel Kayser, "Restaurant Alexandre" à Nîmes-Garons, Matthieu de Lauzun, "De Lauzun" à Gignac, Fabien Lefebvre, "Octopus" à Béziers, Anne Majourel, "La coquerie" à Sète, Daniel Minet, "L'ambrosia" à Pézens, Jérôme Nutile, "Le Castellas" à Collias, Patrick Olry, "L'ambassade" à Béziers, Jacques et Laurent Pourcel, "Le jardin des sens" à Montpellier, Franck Putelat, "Le parc" à Carcassonne, Jérôme Ryon, "La barbacane" à Carcassonne, Simon Scott, "Bistrot saveurs" à Castres, Michel Truchon, "Le sénéchal" à Sauveterre de Rouergue.

 

11/12/2012

De la fourchette aux spatules : les spots de l'hiver

En attendant le prochain Midi Gourmand (en kiosque le 14 décembre prochain avec quelques surprises...), précipitez-vous sur le nouveau hors-série Midi Tourisme Hiver 2012-2013 ! Le magazine consacre 48 pages aux stations neige du Languedoc-Roussillon et aux activités touristiques - et gastronomiques - hivernales. Midi Tourisme est ainsi le seul guide à proposer une présentation détaillée des stations de skis des pyrénées catalanes et audoises et des Cévennes, station par station. En kiosque, 2,70€.

 

Midi Tourisme, ski, Hiver, Languedoc-Roussillon

10/12/2012

Mobilisation à Sète pour le Bocuse d'Or

C'est en janvier prochain que se déroulera à Lyon la finale du Bocuse d'Or, le "championnat du monde" des chefs cuisiniers. Dans cette perspective, et pour soutenir le candidat français Thibaut Ruggeri, les élèves du Lycée des métiers Charles de Gaulle de Sète, ont décidé de mouiller le tablier ! Vendredi 14 décembre, ils organisent ainsi un repas de gala au sein de leur établissement. Dès 13h, ils installeront les tables et commenceront à cuisiner. A 19h45, quand les premiers clients seront servis, ils organiseront le tirage d'une tomobola et l'argent récolté sera reversé à l'Académie française des Bocuse d'Or, pour contribuer à l'entrainement du candidat tricolore. Ce sont les professeurs qui ont motivé leurs élèves, en leurd onannt un aperçu de la grande cuisine française. "Grâce à ces évènements, les apprentis ont travaillé leur français, leur pratique profesisonnelle et leur expression orale" se satisfont MM Hamonet et Carlier. Maintenant, reste à soutenir le candidat français Thibaut Ruggeri jusqu'à la compétition !

A suivre sur www.facebook.com/pages/Team-France-Bocuse-dOr

BOC_Europe_2012_Academy_FR_BW-DEF_web.png

05/12/2012

Têtes de cuvées en Faugères

Après une année consacrée à la célébration des 30 ans du classement en AOC de l'appelation, les vins de Faugères ont décidé de finir en beauté en organisant, du 7 au 15 décembre, une dégustation de leurs plus belles cuvées sous la mention "Grand terroir de schiste". Chez les cavistes, dans les restaurants, les bars à vins, les grands magasins de la région, le syndicat de l'AOC Faugères organise diverses animations orientées autour de dégustations. A Lamalou comme à Béziers, à Portiragnes comme à Montpellier, ce sont une bonne centaine d'animations qui sont ainsi proposées. La liste complète est à consulter sur le site http://www.faugeres.com/

 

faugères,schistes

 

02/12/2012

Balade oeno-culinaire à l'Arjolle

"Ecarquillez vos pupilles, émoustillez vos papilles !", tel est le leitmotiv de la balade "Entre vignes et chai" organisée samedi 8 décembre autour du domaine de l'Arjolle, à Pouzolles dans l'Hérault. Sur un parcours de 3 kilomètres, des artisans culinaires font découvrir leurs spécialités, accompagnées des cuvées du domaine de l'Arjolle. Les départs se font par groupes, échelonnés entre 10 et 14h.

Samedi 8 décembre, à partir de 10h. Tarif : 40€, panier enfant -12 ans : 10€. Tél : 04 67 24 81 18

Arjolle Vignette site.jpg.jpg